in

Il souffle du vent polaire sur Titan, comme sur la Terre

Crédits : NASA / JPL-Caltech / Space Science Institute

La lune de Saturne, Titan, était déjà connue pour avoir des similitudes avec la Terre : une atmosphère épaisse, une surface rocheuse, des lacs et rivières. Mais elles ont également autre chose en commun : le vent polaire.

Survolée à de nombreuses reprises, Titan révèle un paysage de collines, de lacs et de mers arrosés par des précipitations d’hydrocarbures et entourés d’une atmosphère dense composée principalement d’azote et de méthane avec une pression 50 % supérieure à sa surface que celle que l’on retrouve sur Terre. Mais selon les dernières données de Cassini, Titan perd environ sept tonnes d’hydrocarbures et de nitriles tous les jours. La cause ? Des vents polaires.

Selon une nouvelle étude publiée dans Geophysical Research Letters, la perte atmosphérique de Titan serait engendrée par un vent polaire alimenté par une interaction entre la lumière du soleil, les molécules présentes dans l’ionosphère (l’atmosphère supérieure) et le champ magnétique de Saturne. Des photoélectrons voient alors le jour, chargés négativement et possédant une énergie spécifique.

La sonde Cassini a identifié des photoélectrons dans l’ionosphère de Titan et le long des lignes du champ magnétique de Saturne. Les photoélectrons engendrent alors un champ électrique, ou vent polaire, un phénomène observé également sur Terre au niveau des deux pôles où les lignes du champ magnétique terrestre sont ouvertes. Titan empruntant le champ magnétique de Saturne, le phénomène s’y produit alors sur des régions plus larges. C’est ce vent polaire qui est responsable de la fuite de son atmosphère.

Une preuve de plus que Titan, en dépit de son éloignement et de ses hydrocarbures, est l’un des objets célestes les plus similaires à la Terre jamais observés. Celle qui est aujourd’hui considérée comme un analogue à la Terre primitive n’a pas fini de nous surprendre.

Sources : Geophysical Research LettersLiveScienceS & A

– Crédits photo : NASA / JPL-Caltech / Space Science Institute