in

Sotchi, un site olympique fantôme à 37 milliards d’euros

Crédits : YazanMRihan / Pixabay

Cela fait déjà deux mois que les Jeux olympiques d’hiver ont pris fin. À Sotchi, la ville dans laquelle ont été installées les infrastructures au coût astronomique, la fête est terminée et le complexe olympique s’est vidé. Les milliers de sportifs et visiteurs venus suivre ou participer aux compétitions sont rentrés dans leur pays, laissant à l’abandon les infrastructures.

50 000 chambres d’hôtel, d’immenses bâtiments pour accueillir le patinage artistique ou le hockey, un stade olympique.. La Russie avait vu grand. Tellement grand que les Jeux olympiques de Sotchi ont été les plus coûteux de l’histoire. Au total, le coût des travaux s’est élevé à 50 milliards de dollars soit 37 milliards d’euros, pulvérisant l’ancien record détenu par les Jeux de Pékin qui avaient coûté 26 milliards d’euros en 2008.

La période de gloire terminée, le site olympique est déjà à l’abandon, les rues sont désertes, les hôtels vides et les routes commencent déjà à se dégrader (voir toutes les photos sur le blog d’Alexander Valov). Si la ville compte 370 000 habitants, les infrastructures étalées sur une cinquantaine de kilomètres sont beaucoup trop coûteuses à entretenir pour espérer une utilisation à l’occasion des évènements locaux (rencontres sportives, concerts..). Comment rembourser un tel gouffre financier ? Les autorités comptent sur l’organisation d’évènements internationaux comme le Grand Prix de Formule 1 qui se déroulera en octobre prochain. Il n’est toutefois pas certain que cela suffise à rentabiliser les installations.

Rappelons que les sites olympiques de nombreux autres pays organisateurs des JO – par le passé – sont tombés à l’abandon. C’est le cas des JO de Berlin en 1936, ceux d’Helsinki en 1952, Sarajevo en 1984, Athènes en 2004 ou Turin en 2006. Et voici à quoi ces endroits ressemblent aujourd’hui.