in ,

S’orienter en situation de microgravité, pas un problème pour les fourmis

Crédits : Virvoreanu-Laurentiu / Pixabay

Soumises en situation de microgravité dans la Station Spatiale Internationale (ISS), des fourmis ont montré une capacité remarquable à s’orienter correctement.

La Station Spatiale Internationale étant un laboratoire scientifique, il n’est pas rare d’y trouver des animaux. La dernière expérience en date concerne des fourmis (Tetramorium caespitum), arrivées à bord de l’ISS le 12 janvier dernier. L’expérience consistait à comparer les différences de comportement entre un groupe de fourmis soumis à la microgravité (gravité très faible) et un groupe de fourmis soumis à une gravité normale.

La biologiste américaine Stefanie Countryman (Université du Colorado à Boulder, États-Unis) et ses collègues ont dévoilé le résultat de cette expérience, qui révèle une capacité étonnante des fourmis à retrouver leur chemin en situation de microgravité.

L’expérience consistait en huit habitats hébergeant chacun une centaine de fourmis. Chaque habitat était divisé en trois zones, chacune étant séparée de sa voisine par une porte : une zone humide de nid, une petite zone de nourriture et une grande zone de nourriture. Pendant le transport vers l’ISS, les fourmis se trouvent dans la zone humide. Une fois à bord de la Station, un astronaute ouvre la porte entre la zone du nid et la petite zone de nourriture. Pendant 25 minutes, les fourmis se répandent à travers cette zone, enregistrées par une caméra. Après 25 minutes, l’astronaute ouvre la porte entre la petite et la grande zone de nourriture. L’enregistrement vidéo continue encore pendant 30 minutes à la suite de quoi, l’expérience est considérée comme achevée.

Les chercheurs ont ainsi observé les variations de comportement de ces fourmis en fonction des différentes surfaces disponibles, et ce dans différentes conditions de gravité. Résultat, l’expérience a révélé que la microgravité n’empêchait nullement les fourmis de s’orienter, et ce malgré leur tendance à se détacher de la surface sur laquelle elles se déplacent, du fait de la très faible gravité. Elles sont fortes ces fourmis !

>> Accéder à l’étude

Source : JournaldelaScience