in

La sonde Parker Solar Probe établit deux nouveaux records

Illustration de la sonde Parler en approche du Soleil. Crédits : NASA

La sonde américaine Parker Solar Probe vient de survivre à sa dixième rencontre avec le Soleil, établissant deux nouveaux records au passage. Le 21 novembre dernier, le vaisseau s’est approché à moins de 8,5 millions de km de la surface de notre étoile, filant à plus de 586 000 km/h.

Deux nouveaux records pour la NASA

Il y a un peu moins de trois ans, la NASA déployait la sonde Parker Solar Probe. Son objectif est se rapprocher suffisamment du Soleil dans le but de répondre à deux questions fondamentales.

Premièrement : pourquoi l’atmosphère du Soleil est-elle beaucoup plus chaude que sa surface ? La couronne est en effet chauffée à un million de degrés contre seulement plusieurs milliers de degrés pour la surface solaire. La NASA aimerait également préciser les origines du vent solaire. La couronne sert en effet de rampe de lancement, accélérant à des vitesses incroyablement élevées le flux de particules chargées qui baignent le Système solaire. Au travers de cette mission, les scientifiques aimeraient ainsi mieux appréhender ce processus.

Avant d’atteindre sa cible, le vaisseau doit effectuer vingt-quatre orbites autour du Soleil, se rapprochant toujours un peu plus. Le 21 novembre dernier, Parker a complété sa dixième rencontre rapprochée, après s’être appuyée sur l’attraction gravitationnelle de Vénus. Au cours de cette manœuvre, l’explorateur s’est approché à moins de 8,5 millions de km de la surface du Soleil. Jamais un objet fabriqué par l’Homme ne s’était frotté aussi près de notre étoile.

Parker en a également profité pour battre son propre record de vitesse, opérant cette manœuvre à plus de 586 860 km/h, ce qui en fait l’objet artificiel le plus rapide jamais enregistré.

Parker Solar Probe
Illustration de la sonde Parker Solar Probe à l’approche du Soleil – Crédits : NASA

Température, chaleur et densité de l’espace

Et ce n’est pas fini. Il est en effet prévu qu’elle se rapproche à moins de six millions de km de la surface du Soleil en 2025, à une vitesse folle de 692 000 km/h. Comment faire alors pour ne pas brûler ?

Il faut avant tout bien comprendre la différence entre température et chaleur, et prendre en considération la densité de l’espace. La température est une mesure de la vitesse à laquelle les particules se déplacent, tandis que la chaleur mesure la quantité d’énergie qu’elles transfèrent. Moins il y a de particules, moins il y a d’énergie dégagée. Pensez à la différence entre mettre votre main dans un four chaud plutôt que de la mettre dans une casserole d’eau bouillante. Dans le four, votre main pourra résister à des températures beaucoup plus élevées que dans l’eau où elle doit interagir avec beaucoup plus de particules.

Ici, c’est un peu pareil. La couronne est en effet moins dense comparée à la surface visible du Soleil, de sorte que si les particules peuvent effectivement se déplacer très rapidement, le vaisseau spatial interagira avec moins de particules chaudes.