in

En décembre, une sonde se posera dans « l’océan des tempêtes » et ramènera de la roche lunaire sur Terre

Capture vidéo

La Chine a communiqué à propos du site l’alunissage de sa dernière sonde Chang’e 5, dont le lancement devrait intervenir à la fin de l’année. Le but est de prélever des échantillons de roche et de les envoyer sur Terre pour analyse. C’est une première depuis plus d’une quarantaine d’années.

En décembre 2013, la sonde Chang’e 3 s’était posée sur la Lune, marquant l’entrée de ce pays dans le cercle des puissances spatiales. Selon un communiqué de l’agence de presse Xinhua, en décembre 2017, ce devrait être le tour de Chang’e 5, une autre sonde dont le but est de ramener de la roche lunaire sur Terre. Le projet Chang’e, tire son nom de la déesse de la lune dans la mythologie chinoise et a pour finalité de faire marcher des astronautes sur le satellite de notre planète.

La sonde Chang’e 5 devrait être le premier engin à collecter de la roche lunaire et à la rapporter sur notre planète depuis 1976 et le travail de la sonde soviétique Luna 24. Chang’e 5 alunira à quelques kilomètres de Chang’e 3, mais se trouvera dans une zone volcanique nommée « océan des Tempêtes ». Une zone privilégiée d’alunissage (carré de 40 km de côté) a été désignée, mais l’engin automatique pourrait se poser dans une zone qui s’étend sur une longueur de 500 km sur près de 150 km de large.

Cette mission est ambitieuse et risquée pour la Chine qui désire montrer sa puissance dans le domaine spatial. En effet, la sonde nécessitera l’emploi du gros lanceur chinois Longue Marche 5 depuis la base de Wenchang. Il s’agira ensuite de satelliser un orbiteur autour de la Lune et de poser un module dans l’océan des Tempêtes. Enfin, la roche sera prélevée et renvoyée vers l’orbiteur.

Cet exploit a été accompli plusieurs fois entre 1969 et 1976 par les astronautes des missions Apollo (11 à 17) et les cosmonautes des missions Luna (16, 20 et 24). La Chine désire en faire de même et fêter à sa façon le cinquantenaire des premiers pas sur la Lune de Neil Armstrong.

Sources : Ciel & EspaceScience et Vie