in

Sondage international : trois personnes sur quatre disent vouloir se faire vacciner contre le Covid-19

Crédits : Caniceus/pixabay

Dans le cadre d’une récente enquête signée Ipsos, menée auprès de près de 20 000 adultes de 27 pays, 74 % des sondés se sont dits favorables à la vaccination contre le COVID-19. En France, plus de 40 % des interrogés ont exprimé leurs inquiétudes, notamment à cause des potentiels effets secondaires.

Plus de 150 vaccins sont actuellement en développement à travers le monde pour lutter contre le Covid-10. Parmi eux, cinq ont franchi le stade de phase 3, soit la dernière étape avant la demande d’autorisation de mise sur le marché. La Russie a par ailleurs annoncé le 12 août dernier avoir développé le “premier” vaccin officiel contre le coronavirus, sans que l’on ait la moindre idée de son efficacité réelle.

Si du côté des laboratoires la course est lancée depuis quelques mois, reste à savoir comment réagira la population mondiale à ces potentiels vaccins. Pour le savoir, l’Institut Ipsos a mené une enquête auprès de 20 000 adultes de 27 pays.

Trois sondés sur quatre favorables au vaccin

De manière globale, 74 % des sondés ont tendance à penser qu’ils se feront vacciner contre le Covid-19 quand un vaccin sera disponible (37 % tout à fait pour et 37 % plutôt pour). À l’inverse, 26 % ont exprimé leur désaccord (15 % plutôt en désaccord et 12 % fortement en désaccord).

Les pays où l’intention de vaccination contre le Covid-19 est la plus élevée sont la Chine (97 %), le Brésil (88 %), l’Australie (88 %) et l’Inde (87 %). D’un autre côté, ceux dont l’intention de vaccination est la plus basse sont la Russie (54 %), la Pologne (56 %), et la Hongrie (56 %). La France se place juste derrière, avec 59 % des sondés globalement favorables à la vaccination contre le Covid-19.

covid
Crédits : Ipsos

Dans les 27 pays, 59 % des sondés ne pensent pas qu’un vaccin contre le Covid-19 sera disponible avant la fin 2020.

Là encore, les Chinois se distinguent par leur optimisme, avec 87 % des interrogés s’attendant à ce qu’un vaccin soit disponible dans l’année. En France, seuls 40 % des sondés y croient. À l’inverse, les plus sceptiques sont les Allemands, les Belges, les Japonais et les Polonais, chez qui moins d’un adulte sur quatre prévoit qu’un vaccin soit disponible au cours des quatre prochains mois.

covid
Crédits : Ipsos

Les inquiétudes face aux vaccins

Dans le cadre de cette enquête, Ipsos a également interrogé 5 000 adultes qui n’avaient pas l’intention de se faire vacciner pour tenter de comprendre pourquoi ils ne le feraient pas. Dans chacun des 27 pays, la principale raison est l’inquiétude concernant les effets secondaires (60 % des sondés français). Beaucoup douteront également de l’efficacité d’un tel vaccin (33 % des sondés français).

La troisième raison la plus courante est la perception de ne pas être suffisamment à risque contre la maladie. Elle concerne 19 % des sondés dans le monde (14 % en France). Enfin, la dernière raison évoquée est une opposition aux vaccins de manière plus générale. Elle concerne 17 % des interrogés dans le monde, et 24 % des Français.

covid
Crédits : Ipsos