in

Dormir une heure de plus par nuit pour perdre du poids ?

sommeil
Crédits : millann / iStock

Une étude américaine récente suggère qu’allonger son temps de sommeil d’une heure par nuit permettrait de garder la ligne. Ces recherches confirment un peu plus le lien entre le sommeil et le poids.

Dormir plus pour une réduction de l’apport calorique

Doit-on bien dormir pour espérer garder un poids correct ? À en croire certaines études, cela semble souhaitable. En 2018, des travaux affirmaient ainsi qu’un temps de sommeil restreint favorisait la prise de poids et la perte de masse maigre chez l’humain. En 2021, d’autres recherches ont conclu que les nouveau-nés dormant mieux seraient moins exposés aux risques de surpoids et d’obésité.

Une nouvelle étude publiée dans la revue JAMA Internal Medicine le 7 février 2022 apporte quant à elle des éléments nouveaux. Selon des médecins et nutritionnistes de l’Université de Chicago (États-Unis), dormir une heure de plus par nuit permet de perdre du poids. Ces travaux incluent un essai clinique randomisé regroupant des personnes âgées de 21 à 40 ans en surpoids. L’objectif ? Faire en sorte que ces volontaires mangent moins et dorment davantage afin d’observer d’éventuels changements.

Les participants à l’étude avaient pour habitude de dormir moins de 6,5 heures par nuit. Or, il a été possible de leur permettre de dormir jusqu’à 8,5 heures par nuit pour certains à la suite d’une séance de conseils personnalisés à propos de l’hygiène de sommeil. Ce groupe test a été comparé avec un groupe témoin. Selon les résultats, les membres du groupe test ont vu leur apport calorique global quotidien baisser de 270 calories en moyenne.

sommeil
Crédits : Capuski / iStock

Maigrir en fournissant peu d’efforts

L’étude montre donc que sans changer ses habitudes alimentaires, l’apport calorique peut varier simplement en dormant une ou deux heures de plus par nuit. En effet, les médecins n’ont formulé aucune restriction concernant les quantités ou la nature de l’alimentation. De plus, l’expérience s’est déroulée hors d’un cadre médical. En effet, les volontaires ont simplement suivi les conseils des chercheurs et ont dormi dans leur propre lit, chez eux. Par ailleurs, il leur a été possible de suivre leur sommeil à l’aide d’appareils connectés.

Les scientifiques ont déterminé leur apport calorique grâce à la méthode dite de l’eau doublement marquée. Cette dernière consiste à faire boire aux participants une eau dans laquelle des isotopes stables plus rares de type oxygène 18 et deutérium remplaçaient les habituels atomes d’hydrogène et d’oxygène. Le fait est que l’oxygène 18 est plus rapidement éliminé que le deutérium. Or, cette différence de vitesse d’élimination est liée à la production de CO2. Les chercheurs ont ainsi mesuré cette différence dans les urines avant de calculer la production de CO2 et la dépense énergétique des participants à l’aide de la spectrométrie de masse.

Au total, l’étude a duré quatre semaines. La moitié du temps a permis la collecte des informations sur le sommeil et la prise de calorie des volontaires. L’autre moitié consistait donc à surveiller les effets des changements.

En somme, dormir une ou deux heures de plus par nuit pourrait permettre de perdre pas moins de douze kilogrammes en trois ans en fournissant assez peu d’efforts.