in ,

Les sous-sols de l’Antarctique, véritables nids à micro-organismes

Crédits : geralt / Pixabay

Une équipe américaine a analysé des glaciers antarctiques en se servant d’un appareil aéroporté. L’engin a mis en évidence des poches d’eau liquide très salée sous les glaciers mais aussi dans le sol gelé. L’environnement parfait pour des micro-organismes.

Grâce à un détecteur électromagnétique aéroporté suspendu à un hélicoptère (une première), Jill Mikucki , et son équipe de l’université du Tennessee ont pu cartographier la résistance électrique des profondeurs du sous-sol des vallées sèches de McMurdo, une région désertique de la Terre Victoria. L’étude, qui a scruté le sol jusqu’à 350 mètres sous la surface, a montré de vastes étendues dans lesquelles la résistance électrique est bien plus faible que celle de la glace ou du sol gelé.

Selon l’équipe de chercheurs, il y aurait là des poches d’eau très salées, emprisonnées et restants liquides à basse température grâce à la concentration en sel et à la pression, qui, toutes deux, abaissent le point de fusion. Présentes un peu partout, sous les glaciers, sous les lacs et dans le sol gelé, l’ensemble de ces poches formerait même des réseaux interconnectés.

Selon Jill Mikucki, ces volumes d’eau constitueraient autant d’écosystèmes potentiels où il est possible de chercher des formes de vie résistant à un environnement difficile. Un lac a ainsi été découvert sous le glacier Taylor, en connexion avec le lac Bonney, en aval, juste sous les Cascades de sang. Il existe à cet endroit des micro-organismes tirant leur énergie de la dégradation chimique des composés sulfurés et ferreux.

En dehors de la microbiologie et de l’exobiologie, cette étude donne aussi des clés pour la compréhension de la dynamique des glaciers, qui évoluent au rythme des différents changements climatiques. Des travaux qui pourraient changer la manière dont sont vues les côtes de l’Antarctique, et nous permettre d’en savoir plus sur la manière dont les microbes survivent à ces conditions extrêmes.

Source : Futura-sciences