in

Comment le Soleil a contribué à la formation des océans de la Terre

Crédits : Université Curtin

Une équipe de chercheurs a récemment déterminé que le vent solaire (un flux de particules chargées émis par le Soleil) entraînait la formation de molécules d’eau à la surface des grains de poussière transportés par certains astéroïdes ayant percuté la Terre primitive.

Nous savons que la Terre est très riche en eau comparée aux autres planètes rocheuses du Système solaire. Les chercheurs se sont donc longtemps interrogés sur son origine. Une théorie suggère que la grande majorité de ces molécules ont été transportées sur Terre durant les étapes finales de sa formation sur des astéroïdes de type C. Toutefois, des études antérieures concentrées sur l’analyse des « empreintes digitales » isotopiques de ces astéroïdes ont révélé qu’elles correspondaient pas précisément à l’eau trouvée sur Terre, ce qui signifie qu’il y avait au moins une autre source non identifiée.

Dans le cadre d’une étude publiée dans Nature, des chercheurs de l’Université Curtin (Australie) et de l’Université de Glasgow (Écosse) annoncent avoir identifié ce nouveau « réservoir isotopique ». D’après leurs analyses, le vent solaire, composé en grande partie d’ions hydrogène, aurait permis la formation de molécules d’eau à la surface de petits grains de poussière transportés sur Terre via des astéroïdes de type S.

Merci la sonde Hayabusa

Cette nouvelle théorie est basée sur une analyse atomique de petits fragments d’un astéroïde de type S connu sous le nom d’Itokawa, dont des échantillons ont été collectés en 2005 par la sonde spatiale japonaise Hayabusa, avant d’être rapportés sur Terre en 2010.

« Notre système de tomographie par sonde atomique de classe mondiale nous a permis de jeter un regard incroyablement détaillé à l’intérieur des cinquante premiers nanomètres de la surface des grains de poussière d’Itokawa« , explique le Dr Phil Bland, coauteur de l’étude. En extrapolant leurs résultats, les chercheurs estiment que chaque mètre cube de ces roches pouvait contenir environ vingt litres d’eau.

astéroïde eau terre soleil
Illustration de l’astéroïde Itokawa. Crédits : JAXA, ESO/L. Calçada/M. Kornmesser/Nick Risinger

Ces nouveaux travaux fournissent non seulement un aperçu remarquable de la manière dont une partie de l’eau de la Terre pourrait avoir été livrée en surface, mais ils pourraient également aider les futures missions spatiales habitées.

« La manière dont les astronautes obtiendront suffisamment d’eau sans transporter de fournitures est l’un des obstacles à l’exploration spatiale future« , note le Dr Daly, coauteur de l’étude. « Nos recherches montrent que le même processus d’altération spatiale ayant généré de l’eau sur Itokawa s’est probablement produit sur d’autres planètes, ce qui signifie que les astronautes pourraient être en mesure de traiter cette eau fraîche directement à partir de la poussière en surface« .