in ,

Mais pourquoi le sol de cette île russe est-il mou comme un trampoline ?

Dans une étonnante vidéo, on peut voir des chercheurs évoluer sur un sol totalement mou et mouvant à l’image d’un trampoline. Si les images ont de quoi amuser, il s’agit bien d’une situation alarmante sur un sol complètement chargé en méthane.

Un matelas gonflable ? Un trampoline ? Non. Le sol terrestre, tout simplement ! C’est sur l’île Bely, au nord de la pointe du Yamal en Sibérie, que des chercheurs ont découvert un sol totalement insolite avec une terre qui bouge à la manière d’un trampoline. « C’était comme de la gelée » a commenté l’un des chercheurs filmés par la télévision locale, Vesti Yamal. « Je travaille ici depuis 20 ans, et je n’avais jamais vu ça » déclare de son côté Alexander Sokolov, un scientifique de l’antenne locale de l’Institut d’écologie des plantes et des animaux au journal Siberian Times.

Si les images et l’expérience semblent amusantes, il n’en est rien, loin de là. En effet, les chercheurs ont voulu en savoir plus et ont analysé le sol. Dans celui-ci, il a été découvert des concentrations en méthane 200 fois supérieures aux normes et également 20 fois plus élevées en dioxyde de carbone. Des bulles qui pourraient s’être formées suite à de fortes chaleurs et qui ont fait fondre le pergélisol, une couche terrestre profonde habituellement constamment gelée.

Pour de nombreux climatologues, ce dégel du pergélisol est un réel danger pour la planète. « En dégelant, il pourrait libérer une grande quantité de gaz à effet de serre qui ferait monter la température terrestre de plusieurs degrés » déclarait à ce sujet Dorota Retelska, docteure en biologie. Selon un rapport, près de 200 milliards de tonnes d’émissions de carbone pourraient être libérées du pergélisol si le climat continue de se réchauffer comme il le fait actuellement.

Désormais, ces bulles de méthane sont devenues la mission prioritaire de cette expédition, qui a démarré le 3 juin dernier et se poursuivra jusqu’au 15 août.

Source

Avatar

Rédigé par David Louvet-Rossi