in

Dès ce soir et jusqu’à la fin du mois, ne ratez pas les trois pluies d’étoiles filantes !

Crédits : iStock

Le mois de juillet 2016 s’apprête à laisser sa place estivale au mois d’août, mais compte bien nous laisser à son bon souvenir. En effet, trois pluies d’étoiles filantes sont prévues pour cette fin de mois, à commencer par ce soir, mercredi 27 juillet 2016.

Astronomes amateurs, romantiques ou tout simplement amateurs de belles choses, pour cette fin de juillet 2016, il faudra lever les yeux au ciel. En effet, avant de se terminer, ce mois nous réserve de belles surprises avec pas une, mais bien trois pluies de météores en cette fin de mois, sorte de copieux apéritif avant la majestueuse nuit des étoiles filantes prévue pour le mois d’août avec les Perséides.

Les Piscis Austrinides

Dès ce mercredi 27 juillet, il faudra avoir la tête en l’air puisque cet essaim météorique, actif du 15 juillet au 10 août, sera à son pic d’activité aux alentours de 22h40 heure française. L’observation sera semble-t-il bonne, avec une moyenne de cinq étoiles filantes par heure et une vitesse relativement lente, environ 30 km/h. Pour les observer, c’est au-dessus de l’horizon Sud, en direction de la constellation du Poisson Austral, qu’il faudra regarder.

Les Delta Aquarides

Deuxième spectacle céleste de cette fin de mois de juillet, probablement le plus intense, celui de l’essaim des Delta Aquarides du Sud, actif du 12 juillet au 19 août. Son pic d’activité est prévu dans la nuit du 28 au 29 juillet à 00h55, heure française, et l’on y observera jusqu’à 16 étoiles filantes par heure. Pour cela, il faudra se tourner vers la constellation du Verseau, toujours au-dessus de l’horizon Sud.

Les Alpha Capricornides

Fin de cette trilogie dans la nuit du 29 au 30 juillet, aux alentours de 00h55 heure française, avec l’essaim des Alpha Capricornides qui connaîtra son pic d’activité, lui qui est actif du 3 juillet au 15 août. Pour cette dernière, la fréquence sera en moyenne de cinq météores par heure et encore une fois, il faudra tourner les yeux au-dessus de l’horizon Sud, vers la constellation du Capricorne.

Comme pour chaque pluie d’étoiles filantes, il est bien entendu conseillé de s’éloigner un maximum des villes et de leur pollution lumineuse, et d’espérer un ciel parfaitement dégagé.