in

La SmartFlower, l’avenir du photovoltaïque ?

Crédits : smartflowerTM / Wikimedia Commons

Produire de l’électricité depuis chez soi de manière autonome et durable, sans devoir procéder à de grands travaux, c’est ce que propose l’innovation SmartFlower, portée par EDF, qui compte bien faire fleurir ses unités de production d’électricité solaire un peu partout en France.

Un système photovoltaïque complet, capable de produire 3 500 KWh par an, soit une part importante de la consommation électrique d’un foyer, et totalement autonome, c’est ce qui est proposé à travers l’innovation baptisée SmartFlower, pour sa ressemblance à une immense fleur. Une fleur de six mètres de hauteur et dont les douze pétales, photovoltaïques, suivent la course du soleil à la manière d’un tournesol et se referment le soir ou quand le vent est trop fort.

En plus de ne nécessiter aucun gros travaux à domicile, son installation se limite à la pose et à un branchement, sa capacité à suivre la course du soleil lui octroie un rendement de production d’électricité 40% supérieur aux installations classiques fixes. Fabriquée à Vienne en Autriche, la SmartFlower est désormais disponible en France, selon deux modèles distincts.

Il y a tout d’abord le modèle Pop (présenté dans la vidéo ci-dessous), capable d’atteindre une puissance de 2,31 kilowatts-crête (kWc) avec 18 cellules photovoltaïques par pétale. Selon les latitudes de la France, ce modèle est capable de produire environ 3 500 kWh en un an, soit, mis à part le chauffage et l’eau, les besoins en électricité d’un foyer moyen. L’autre modèle propose sensiblement les mêmes performances, et permet aux pétales de se replier totalement à l’intérieur d’un boîtier qui se referme sur ces pétales. L’entreprise autrichienne propose également « Pop+« , qui fait office de borne de recharge pour les voitures électriques.

Le coût de l’installation, entre 18 000 et 20 000 euros, est à la hauteur des performances offertes par la SmartFlower. Selon Olivier Mercou, directeur commercial d’EDF ENR Solaire, la question du coût n’est pas la question centrale. « Ce qui séduit le plus nos clients, c’est la perspective de devenir producteur de sa propre électricité. L’énergie produite par la fleur est en effet intégralement consommable sur place, et c’est un vrai moyen de prendre part à la transition énergétique » commente-t-il.

La SmartFlower convient aussi bien pour les particuliers que pour les professionnels ou les collectivités locales. Par exemple, le Restaurant Fond Rose, à Caluire, près de Lyon, fondé par Paul Bocuse, a déjà installé une fleur dans ses jardins. Une fois posée sur son pilier, la fleur est indépendante, intègre l’électronique de contrôle et l’onduleur, et se pilote toute seule.

Source : futurasciences

Avatar

Rédigé par David Louvet-Rossi