in

Où en est le SLS, l’énorme fusée chargée d’envoyer les prochains humains vers la Lune ?

Le premier étage du lanceur SLS destiné au lancement de la mission Artemis I sort de l'usine de Michoud. Crédits : Danny Nowlin

Le premier étage du Space Launch System (SLS), chargé de renvoyer des humains vers la Lune, vient de passer un septième et avant-dernier test avec succès. D’autres tests sont également prévus avec l’étage supérieur de cette énorme fusée au cours de ces prochains mois. Objectif : être prêt pour novembre 2021.

Le SLS est un lanceur super-lourd développé par la NASA depuis 2011. C’est lui qui se chargera d’envoyer des équipages vers la Lune, et pourquoi pas plus tard vers la planète Mars. Son premier vol est prévu pour le mois de novembre 2021, dans le cadre de la mission Artemis I, dont l’objectif sera d’envoyer une capsule Orion non habitée autour de la Lune. Viendront ensuite les missions Artemis II et Artemis III. La première sera une mission habitée en orbite autour de la Lune, tandis que la seconde mènera les astronautes à se poser sur le sol lunaire.

Ceci dit, où en sont la NASA et Boeing (le maître d’œuvre principal du SLS) dans le développement de cette fusée ?

Les tests du booster bientôt terminés

Les huit premières minutes de chaque mission Artemis seront entraînées par le premier étage du SLS. Depuis plusieurs mois, la NASA teste donc ce booster de 64 mètres de haut – le plus haut jamais développé par l’agence – dans le cadre de son programme “Green Run” au Stennis Space Center, près de Bay St.Louis, dans le Mississippi. Ces tests (huit au total) se font crescendo, de manière à s’assurer que tout fonctionne parfaitement pour le jour J.

Il y a quelques jours, les ingénieurs de la NASA et de Boeing ont ajouté des propulseurs cryogéniques au premier étage du SLS dans le but d’opérer un test de “répétition générale humide”, le septième de son “Green Run Programm”. Au cours de celui-ci, les propulseurs ont été remplis d’hydrogène liquide et d’oxygène liquide refroidis à des températures ultra-basses. Les ingénieurs ont alors contrôlé la phase de remplissage du carburant, puis les propulseurs ont été drainés avec succès.

La NASA peut donc désormais envisager son huitième et dernier test, au cours duquel les quatre moteurs RS-25 du SLS (des versions modernisées des moteurs SSME de la navette spatiale américaine) seront mis à feu pendant plus de huit minutes. Celui-ci devrait être beaucoup plus excitant que le chargement des propulseurs. En effet, nous avons hâte de voir ce “monstre” rugir, même s’il doit rester au sol (du moins pour l’instant).

Crédits : Nasa

Le second étage se prépare aux tests

L’étage supérieur d’exploration (ou second étage) du SLS vient également de passer son Critical Design Review, ou CDR. Concrètement, un panel d’experts a évalué la structure de manière à s’assurer que celle-ci réponde aux exigences des futures missions. Cette évaluation la plus récente vient de confirmer que cet étage résistera aux environnements de l’espace lointain, assurant au passage la sécurité des astronautes (quand même).

Le comité d’examen a également évalué les processus de test, la capacité de la base industrielle à fournir des pièces et de l’outillage, et les plans de production. Boeing, le maître d’œuvre de cet étage (mais aussi du premier) le fabriquera et l’assemblera à la Nouvelle-Orléans. Il sera ensuite soumis à une série de tests Green Run, comme son grand frère, au Stennis Space Center de la NASA près de Bay St.Louis, Mississippi.

On espère maintenant que tout se déroulera comme prévu, et que la mission Artemis I, qui doit ouvrir la voie au retour des humains sur la Lune, sera lancée dans les temps.