in

CT-2 : la machine de guerre chargée de déplacer la fusée SLS

Crédits : NASA/Cory Huston

La star de la soirée sera sans nul doute la fusée SLS, le nouveau lanceur super-lourd de la NASA chargée d’envoyer de nouveaux humains vers la Lune dans quelques années. Toutefois, la machine qui la transportera, baptisée CT-2, mérite aussi son petit coup d’œil.

Dans le cadre de la mission Artemis 1, le lanceur Space Launch System (SLS) de la NASA enverra une capsule Orion sans équipage vers la Lune. Le vaisseau en fera deux fois le tour avant de revenir sur Terre. La mission devrait décoller en mai ou juin. En attendant, la fusée et sa capsule se rendront ce soir sur la rampe de lancement 39B de Cap Canaveral, en Floride, pour effectuer plusieurs tests avant le lancement. Le voyage du hangar jusqu’au pad, soit environ 6,4 km, prendra entre six et douze heures.

Pour rappel, cette fusée mesure 98 mètres de haut et pèse plus de 2600 tonnes. Une machine bestiale est donc nécessaire pour transporter une charge aussi énorme sur une telle distance. Cette machine, c’est le Crawler-Transporter 2 (CT-2).

Un monstre sur chenilles

CT-2 est l’un des deux robots d’exploration construits en 1965 pour soutenir les missions lunaires Apollo. Ils ont ensuite permis de soutenir le programme de la station spatiale Skylab, le projet d’essai Apollo-Soyuz en 1975 et le programme de navette spatiale de la NASA de 1981 à 2011.

Ce sont deux des plus grosses machines jamais construites. Chacune mesure 39,9 m de long sur 34,7 m de large (environ la taille d’un terrain de baseball) et pèse plus de 2700 tonnes. Comme les chars militaires, les chenilles évoluent sur des bandes de roulement plutôt que sur des roues. Chaque chenille a huit marches composées de 57 « chaussures » pesant près d’une tonne chacune.

CT-2 artemis sls
Le Crawler-transporter 2 (CT-2) s’approche de l’entrée du bâtiment d’assemblage de véhicules le 31 janvier 2014 au Kennedy Space Center de la NASA en Floride. Crédits : NASA/Kim Shiflett

Naturellement, avec une fusée aussi massive et aussi chère sur les épaules, mieux vaut prendre son temps. Une fois chargés, ces deux véhicules ont une vitesse maximale de 1,6 km/h et brûlent environ 600 litres de diesel pour chaque kilomètre parcouru. À ce jour, le CT-2 a parcouru un total de 3 806 km. Son jumeau CT-1 affiche de son côté 3 154 km au compteur. Cette machine devait être utilisée par des entreprises privées après le retrait des navettes spatiales, mais elle n’a au final pas vraiment été utilisée depuis 2011.

Côté calendrier, la fusée SLS et sa capsule Orion resteront sur place pendant un mois environ avant de retourner au hangar pour subir une dernière batterie de tests. Enfin, CT-2 les reconduira sur le pad en prévision de leur lancement.