in

Enfermés pendant 8 mois dans un dôme, ils ont simulé la vie sur Mars

Crédits : Hi-Seas / University of Hawai

La NASA a envoyé 6 astronomes dans un dôme, situé sur un volcan d’Hawaii. Pendant 8 mois, ils ont « vécu sur Mars » grâce à une simulation visant à tester leurs capacités physiques et psychologiques.

La mission HI-SEAS (Hawaii Space Exploration Analog and Simulation) a pour objectif de simuler les conditions de vie des Hommes sur la planète Mars. Elle s’est terminée le 13 juin 2015, rendant la liberté aux 6 astronomes, dont 3 hommes et 3 femmes. Ceux-ci ont passé 8 mois dans un dôme de 100 m² et large de 11 mètres seulement, dans une région abandonnée située à environ 2 400 mètres d’altitude et près du volcan Mauna Loa.

Le dôme présentait 2 étages et des espaces communs étaient dédiés aux activités de la vie quotidienne et aux entraînements. Des hublots donnaient sur le paysage désertique qui entourait les astronautes et qui les habituait au paysage qu’offrirait Mars. Ils pouvaient tout de même sortir du dôme, à condition de porter de lourdes combinaisons.

C’était en réalité pour préparer la mission d’exploration sur Mars que la NASA envisage pour les années 2030. Les astronomes se sont adaptés à leur nouveau milieu et ne se sont même pas entretués : ils sont devenus amis. Jocelyn Dunne, l’une des participantes, explique tout de même qu’il pouvait être difficile « d’être constamment observé par les autres ». Elle ajoute : « Même si l’on est isolé du reste du monde, on est constamment ensemble dans notre propre situation sociale ». C’est donc une mission relativement réussie pour la NASA.

Ils ont même pratiqué le yoga, ce qui leur a permis de se détendre et d’apaiser leurs angoisses, et d’autres sports puisqu’ils disposaient d’un vélo et d’un tapis de course, tous deux alimentés grâce à l’énergie solaire. L’une des participantes aurait même appris à tricoter, à jouer du ukulélé et à parler français. Ils sortaient peu, mais avaient tout de même diverses activités communes pour se divertir, comme regarder des films ou jouer à des jeux de société. Cependant, pour communiquer avec leurs proches, un décalage de 24 minutes leur avait été imposé pour simuler les conversations entre la Terre et Mars.

Ce qui leur a le plus manqué ? Leur environnement tout d’abord : « Une des choses les plus incroyables était de sentir l’air sur notre peau », témoigne Jocelyn Dunne qui parle aussi de l’eau, puisque les douches ne pouvaient durer que 6 minutes par semaine. Puis, la nourriture : ils ne pouvaient manger que des aliments adaptés à la simulation, comme du chili en poudre.

Sources : HI-SEAS – Journal de la Science, Huffington Post.

– Crédits photos : Hi-Seas