in ,

Sir Bani Yas, l’arche de Noé arabe

Crédits : NASA

Aux Émirats Arabes Unis, une île refuge abrite des milliers d’animaux et propose un tourisme respectueux de la nature. Cette réserve naturelle est considérée comme une « arche de Noé », à des années-lumière des centres commerciaux de Dubaï.

L’île Sir Bani Yas est située à environ 170 km de la capitale Abu Dhabi. Cette terre émergée de 87 km3 est une réserve accessible par mer ou air où vivent environ 13 500 animaux de 195 espèces différentes. Cette île est ouverte aux touristes depuis 6 ans, proposant des safaris en mer ou dans le désert. Un projet de longue date puisque l’île fut transformée dés 1971 à l’initiative de Zayed Ben Sultan Al-Nahayane, premier chef de l’État des Émirats Arabes Unis, décédé en 2004. Le projet est porté par la compagnie publique Tourism Development & Investment Company (TIDC).

L’idée était déjà d’en faire une « arche de Noé », un sanctuaire pour des espèces en voie de disparition. Par exemple, l’île héberge la plus grande population d’oryx arabe (Oryx leucoryx), genre d’antilope des montagnes disparue de la nature pour cause de chasse dans les années 70, avec aujourd’hui 500 individus. La cohabitation se fait notamment avec des girafes ou encore des guépards, prédateur introduit volontairement pour garder un équilibre naturel. Pas moins de 25 espèces de mammifères et 170 espèces d’oiseaux dont une partie de migrateurs peuplent la réserve.

10979337_10205979659751956_1512623289_n
Crédits : Google Maps

L’île Sir Bani Yas n’est pas seulement une réserve naturelle, mais s’avère être également un lieu de préservation du patrimoine historique. Des fouilles ont été lancées dés 1992 et 36 sites archéologiques ont été découverts, dont les vestiges d’un monastère chrétien daté vers l’an 600, le plus ancien de l’ère pré-islamique trouvé dans cette région.

Abu Dhabi détenant 90 % des réserves pétrolières des Émirats Arabes Unis, elle est capable de financer la protection de la nature par le biais d’importants budgets. Une direction qui va à l’encontre de celle de Dubaï, cet autre émirat célèbre pour son luxe et sa modernité.

Sources : Sciences et Avenir — 20 Minutes

– Illustration : Image satellite de la Nasa