in

Les singes peuvent eux aussi voir des visages dans des choses inanimées

Crédits : Current Biology

Voir des visages dans les objets inanimés est un phénomène courant chez l’Homme. Il semblerait pourtant que nous ne soyons pas seuls à éprouver ce sentiment – les singes le peuvent également.

Avez-vous déjà vu le visage d’Einstein inscrit sur votre toast ? Ou celui de la Joconde dans un nuage ? Une paréidolie est une sorte d’illusion d’optique qui consiste à associer un stimulus visuel informe et ambigu à un élément clair et identifiable, souvent une forme humaine ou animale. Pour tenter de savoir si ce phénomène était une expérience exclusivement humaine, Jessica Taubert et son équipe, de l’Institut national de la santé mentale dans le Maryland, ont soumis cinq macaques rhésus à une petite expérience. Les résultats ont été publiés dans la revue Cell.

Les singes devaient ici observer différentes photos, chacune étant présentée deux fois : sur la première où l’on pouvait distinguer un visage; et sur la seconde non, comme vous pouvez le voir ci-dessous :

Crédits : Current Biology

Les singes auront ici, au total, observé 1980 images sélectionnées. En mesurant systématiquement les temps de réaction de chaque singe, les chercheurs se sont alors rendu compte que ceux-ci passaient beaucoup plus de temps à regarder les photos aux visages illusoires que les photos non illusoires avec lesquelles elles étaient associées. En examinant les regards des singes, l’équipe a également constaté que ces derniers fixaient fréquemment les « yeux » et la « bouche » des faux visages; le même processus est observé chez l’Homme.

Vincent Reid , psychologue à l’Université de Lancaster, au Royaume-Uni, ne se dit pas très surpris par la découverte, les singes Rhésus étant des animaux très sociaux. « Tout comme les humains, ils s’appuient sur l’information du visage à des fins communicatives ». Mais pourquoi humains et singes, perçoivent-ils si souvent des visages là où il n’y en a pas ?

Nous sommes en quelque sorte « calibrés » pour ça. Notre cerveau est prêt à voir les visages dès son plus jeune âge. Les bébés peuvent en effet reconnaître un visage tout en restant dans l’utérus – des scans ont montré que lorsque des points de lumière brillent à travers la peau, les fœtus préfèrent se tourner vers des motifs qui ressemblent à des visages, ignorant les formes aléatoires. Côté évolution, être capable de repérer et d’interpréter un visage rapidement peut donner des informations vitales quant à savoir si un groupe social est amical ou hostile. Le fait que les singes perçoivent également facilement les faux visages souligne l’avantage évolutif pour les animaux sociaux de détecter de manière préférentielle les visages dans l’environnement.

Source