in

Un nouveau singe ancien remet en question l’histoire des origines humaines

Une équipe de chercheurs annonce avoir identifié les restes d’un ancien primate vieux de 8,7 millions d’années en Turquie. La découverte de ce singe ajoute du poids à l’idée selon laquelle les ancêtres des singes africains et des humains ont évolué en Europe avant de migrer vers l’Afrique il y a entre neuf et sept millions d’années.

Les proportions d’un grand chimpanzé

Les chercheurs fondent leurs conclusions sur l’analyse d’un crâne partiel bien conservé découvert en 2015 sur le site fossilifère de Çorakyerler, près de Çankırı. Il comprend la majeure partie de la structure faciale et la partie avant du boîtier cérébral. Le singe nouvellement identifié, nommé Anadoluvius turkae, avait à peu près la taille d’un grand chimpanzé mâle (50 à 60 kg). À en juger par ses mâchoires et ses dents, l’animal évoluait dans des conditions relativement ouvertes comparables à l’environnement des premiers humains en Afrique. Il se nourrissait probablement d’un régime comprenant des aliments durs provenant de sources terrestres, telles que des racines et des rhizomes.

À cette époque, ce singe partageait son environnement avec des animaux habitués de nos jours aux savanes africaines tels que des girafes, des phacochères, des rhinocéros, diverses antilopes ou encore des carnivores ressemblant à des lions. L’évolution et la dispersion des espèces sont des processus complexes et dynamiques, mais on pense que cette faune (ou du moins une partie) s’est dispersée en Afrique depuis la Méditerranée orientale il y a environ huit millions d’années.

Anadoluvius turkae singe
Les restes fossiles d’Anadoluvius turkae. Crédits : Sevim-Erol, A., Begun, DR, Sözer, Ç.S. et coll.

Une dispersion de l’Europe vers l’Afrique

Dans de nombreux détails de l’anatomie et de l’écologie, cette espèce de singe, ainsi que d’autres de la Grèce voisine (Ouranopithecus) et de la Bulgarie (Graecopithecus) forment un groupe qui se rapproche le plus des premiers hominidés connus. Les nouveaux fossiles sont ici les spécimens les mieux conservés de ce groupe d’hominidés primitifs. Ils fournissent à ce jour la preuve la plus solide que ce groupe est originaire d’Europe et s’est ensuite dispersé en Afrique.

L’analyse détaillée de l’étude, publiée dans la revue Communications Biology, révèle également que ces singes ont évolué à partir d’ancêtres également présents dans ces régions. « Nos découvertes révèlent en outre que les hominidés ont non seulement évolué en Europe occidentale et centrale, mais ont passé plus de cinq millions d’années à y évoluer et à se propager à la Méditerranée orientale avant de finalement se disperser en Afrique, probablement en raison de changements d’environnement et de diminution des forêts« , détaille David Begun, co-auteur de ces travaux.

Ces découvertes contrastent avec l’opinion de longue date selon laquelle les singes et les humains africains ont évolué exclusivement en Afrique. Notez également que bien que les restes des premiers hominidés soient abondants en Europe et en Anatolie, ils restent complètement absents d’Afrique jusqu’à l’apparition du premier hominidé il y a environ sept millions d’années.