in

Un simulateur permet de générer des exoplanètes habitables

Illustration de l'exoplanète L 98-59b. Crédits : Capture d'écran/NASA

Des annonces concernant les exoplanètes paraissent très régulièrement. Toutefois, personne n’a pour l’heure jamais apporté la preuve de l’existence d’une autre planète habitable. Un simulateur permet cependant d’avoir une idée de ce à quoi pourrait ressembler une telle Terre 2.0.

Générer une exoplanète crédible

Les astronomes ont déjà découvert des milliers d’exoplanètes, c’est-à-dire des planètes se trouvant en dehors de notre Système solaire. Parfois, l’annonce de leur découverte s’accompagne d’un certain optimisme. En effet, l’un des objectifs est de trouver une autre planète abritant la vie et sur laquelle les humains pourraient éventuellement s’installer. Or, lorsqu’il est question d’une planète dite « potentiellement habitable », celle-ci se trouve à une distance favorable à la vie biologique telle que nous la connaissons de son étoile la plus proche. Néanmoins, la présence de vie sur cette exoplanète dépend d’une multitude de paramètres, et non seulement de sa présence dans la zone habitable de son étoile.

Mais à quoi pourrait vraiment ressembler une exoplanète habitable ? Il est difficile de répondre à cette question, mais le simulateur Earthlike.world apporte une ébauche allant dans ce sens. Cette plateforme permet en effet de générer une exoplanète crédible à partir de modèles climatiques. L’utilisateur peut donc faire varier différents paramètres comme le volcanisme, la proportion de terres émergées ou encore la position de la planète dans la zone habitable de son étoile.

Comment fonctionne le simulateur ?

Sur cette plateforme (en anglais), l’utilisateur doit tout d’abord renseigner différents paramètres. S’il est initialement question de régler le volcanisme, les terres émergées et la position de la planète par rapport à son étoile, la fonctionnalité « advanced toolkit » permet d’aller un peu plus loin. Une nouvelle possibilité apparaît ainsi, à savoir le choix du type de l’étoile. L’utilisateur peut par exemple choisir une naine rouge comme Proxima du Centaure ou encore une naine rouge « ultrafroide » telle que TRAPPIST-1.

Notre test est relatif à une planète dont la fraction de terres émergées représente 0,60 (contre 0,29 pour la Terre) et un taux de volcanisme à 12,0 (contre 1.0 sur notre planète). La planète se trouve ici à deux unités astronomiques (UA) de sa naine jaune de type Soleil. Rappelons au passage qu’une UA représente la distance Terre-Soleil, soit 150 millions de kilomètres. Apparaît ensuite une comparaison des caractéristiques de notre Terre et de l’exoplanète générée (voir ci-dessous) ainsi qu’un visuel de cette dernière.

simulateur exoplanète
Crédits : Earthlike.world

Enfin, la plateforme Earthlike.world est associée à un bot sur Twitter. Le compte @EarthLikeWorld génère régulièrement de nouveaux mondes et en donne les caractéristiques. Toutefois, il est également possible de demander directement à ce dernier de générer une nouvelle exoplanète. Il suffit de communiquer les paramètres désirés.

Yohan Demeure

Rédigé par Yohan Demeure

Licencié en géographie, j’aime intégrer dans mes recherches une dimension humaine. Passionné par l’Asie, les voyages, le cinéma et la musique, j’espère attirer votre attention sur des sujets intéressants.