in

S’il y a de la vie sur Encelade, cet instrument pourrait la détecter

encelade saturne titan
Encelade (premier plan) dérive devant les anneaux de Saturne tandis que Titan se profile derrière. Crédits : NASA/JPL-Caltech / Space Science Institute

Les scientifiques de la NASA ont développé un nouvel appareil conçu pour détecter de manière autonome la vie dans les panaches aqueux projetés dans l’espace à partir de lunes glacées comme Encelade, et peut-être Europe.

Encelade, l’une des nombreuses lunes de Saturne, figure sur la liste des mondes potentiellement habités de notre système solaire, avec Mars et Europe. La lune abrite en effet un océan a priori salé pris en sandwich entre son noyau rocheux et sa coquille de glace. Encelade aurait également tous les éléments nécessaires à la vie telle que nous la connaissons, et son océan serait assez vieux et nutritif pour soutenir le développement de cette vie potentielle.

Malheureusement, atteindre directement l’océan d’Encelade exige une mission beaucoup trop compliquée au vu de nos moyens actuels. Une manière de contourner ce problème serait de sonder la présence de vie dans les panaches de vapeur d’eau qui jaillissent régulièrement de la surface.

Ces geysers ont été découverts il y a quelques années par Cassini. Cependant, la sonde n’était pas équipée d’instruments capables de détecter la présence éventuelle de micro-organismes, pour la simple et bonne raison que ce type d’outils n’étaient pas encore disponibles. Depuis, les choses ont évolué.

Un appareil tout-en-un

En raison de la grande distance séparant la Terre de Saturne, la bande passante pour la transmission des données est assez faible. Par conséquent, un tel instrument devra collecter d’énormes tranches de données, les analyser de manière autonome pour éventuellement déceler la présence de vie par elle-même, puis renvoyer uniquement les résultats pertinents sur Terre. Cet instrument, une équipe du Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la NASA annonce l’avoir enfin développé.

Ce nouvel appareil sophistiqué, nommé Ocean Worlds Life Surveyor (OWLS), pourrait un jour collecter des échantillons d’eau tout en volant à travers les panaches, puis rechercher tous les micro-organismes que les geysers auraient pu projeter dans l’espace.

En réalité, OWLS n’est pas qu’un seul et unique instrument intelligent. Il regroupe huit appareils capables de déterminer si la vie existe dans les échantillons collectés.

Parmi les huit instruments figure un système d’imagerie volumétrique Extant Life (ELVIS), qui est essentiellement un groupe de plusieurs microscopes. L’un d’eux serait par exemple capable d’enregistrer des vidéos d’échantillons d’eau à l’échelle microscopique pendant des dizaines de secondes, puis de convertir la vidéo en images holographiques. Des algorithmes d’apprentissage automatique analyseraient ensuite ces images. Des particules ordinaires dériveraient simplement dans l’eau, mais un mouvement plus erratique pourrait trahir la présence de micro-organismes vivants.

OWLS encelade
L’instrument OWLS devrait être réduit pour les missions futures. Crédits : NASA/JPL–Caltech

Une mission future ?

Des tests menés en Californie dans les eaux extrêmement salées du lac Mono ont réussi à déceler la présence de vie à l’intérieur. La prochaine étape consistera donc à personnaliser et à miniaturiser l’appareil pour des scénarios de mission spécifiques.

Le développement de cet appareil est arrivé trop tard pour être inclus dans les missions Jupiter Icy Moons Explorer (JUICE) de l’Agence spatiale européenne et Europa Clipper qui se focaliseront sur Europe, la lune de Jupiter. Cependant, plusieurs projets de missions visant à visiter Encelade sont à nouveau sur la table. On espère évidemment que l’une de ces missions verra le jour. Cette lune est en effet une cible trop prometteuse pour être ignorée.