in

Des signes de cancer découverts sur une momie « enceinte »

momie enceinte
Crédits : Warsaw Mummy Project

Selon de nouvelles analyses, la mystérieuse momie d’une femme de l’Égypte ancienne, qui était probablement enceinte au moment de sa mort, pourrait également avoir souffert d’un cancer. Les déformations de son crâne suggèrent en effet la présence d’une ancienne tumeur importante située derrière son oeil gauche. D’autres tests seront nécessaires pour le confirmer, mais une telle maladie pourrait avoir entraîné son décès.

Scellée dans le sarcophage d’un prêtre nommé Hor-Djehuty, la momie venait probablement de l’ancienne ville égyptienne de Thèbes (l’actuelle Louxor). Après avoir ouvert le sarcophage pour la première fois il y a quelques années, des chercheurs de l’Université de Varsovie, en Pologne, ont été surpris de constater que les restes contenus à l’intérieur n’étaient pas ceux d’un homme, mais d’une femme. Celle-ci serait décédée vers l’âge de vingt à trente ans au cours du premier siècle av. J.-C.

Qui était-elle ? Pour l’heure, on l’ignore encore. Cependant, l’analyse de sa dépouille nous révèle plusieurs surprises.

Une jeune femme probablement enceinte

Surnommée la « Dame mystérieuse », cette femme était visiblement enceinte au moment de sa mort. Sur la base de la circonférence de la tête de ce qui ressemblerait à un fœtus, dont le sexe est indéterminé, les chercheurs ont estimé en avril 2021 que cette jeune mère était enceinte de 6,5 à 7,5 mois.

Contrairement aux autres organes qui ont été extraits, embaumés, puis replacés dans le corps, ce fœtus aurait été laissé tel quel. Les chercheurs ignorent encore pourquoi, mais ils suggèrent que ce bébé aurait pu être considéré comme faisant toujours partie intégrante du corps de sa mère. La difficulté d’extraire un fœtus de cet âge en raison de l’épaisseur et de la dureté de l’utérus est une seconde hypothèse.

Néanmoins, certains experts ne sont pas complètement convaincus par l’idée que cette femme ait été réellement enceinte, arguant que ce fœtus fossilisé pourrait en réalité n’être qu’un « pack d’embaumement déformé » placé dans le corps pour remplacer les organes retirés pendant le processus de momification.

Les traces d’une ancienne tumeur ?

Plus récemment, la même équipe de recherche polonaise a découvert que cette femme avait également probablement un cancer du nasopharynx (bouche, cavité nasale et trachée).

Ces nouvelles allégations sont basées sur la présence d’un trou de sept millimètres situé derrière l’orbite de l’œil gauche du crâne reconstruit en 3D de la momie. Cette anomalie pourrait témoigner de la présence d’une ancienne tumeur. Il est également possible que ce trou ait été laissé par un kyste ou causé par la cribra orbitalia, une affection causée par l’anémie ou un manque de fer (courant chez les femmes enceintes).

Cependant, les chercheurs ont également isolé plusieurs déformations supplémentaires des os de la cavité nasale, de la mâchoire et des sinus. Ces données supplémentaires laissent à penser que le cancer serait la cause la plus probable.

momie
Un scanner du crâne de la momie montre un petit trou derrière l’orbite gauche. Crédits : M. Ożarek-Szilke / Projet de momie de Varsovie

Pour tenter d’en savoir plus, les chercheurs prévoient de réaliser des tests histopathologiques, similaires à ceux utilisés pour tester le cancer aujourd’hui, sur les traces de tissus mous qui s’accrochent encore à certains de ces os. L’équipe s’attend à avoir un résultat définitif d’ici la fin de l’année.

Si la découverte se confirme, alors il se pourrait que le cancer ait finalement eu raison de cette jeune femme, mais encore une fois, il est difficile de le dire avec certitude. Alternativement, il est également possible que la grossesse ait joué un rôle dans son décès.

Enfin, les archéologues se demandent encore toujours pourquoi cette momie était à l’intérieur du cercueil d’un homme. Notez que ce cas de figure n’est cependant pas inédit. En effet, jusqu’à 10% des momies pourraient se trouver dans le mauvais cercueil en raison des pillages opérés au cours de ces derniers siècles.