in

Si vous avez une maladie cardiaque, trop de “bon” cholestérol pourrait être mauvais

Crédits : iStock

Une récente étude suggère que les personnes souffrant de maladies cardiovasculaires, et qui présentent des taux très élevés de “bon” cholestérol, pourraient être exposées à un risque beaucoup plus élevé de crise cardiaque et de décès par maladie cardiovasculaire.

Présentés il y a quelques jours lors du congrès de la Société européenne de cardiologie à Vienne, les résultats ne remettent pas en cause les bienfaits du bon cholestérol (cholestérol à lipoprotéines de haute densité). Celui-ci par exemple, permet d’éliminer le mauvais cholestérol de la paroi des vaisseaux sanguins pour l’envoyer vers le foie – et finalement hors du corps. Cela réduit ainsi le risque d’artères obstruées et d’athérosclérose. Mais existe-t-il des effets négatifs à trop de “bon cholestérol” ? Oui, relève cette étude.

Les chercheurs ont ici recruté 5 965 patients ayant déjà reçu un diagnostic de maladie cardiovasculaire. L’âge moyen des participants était de 63 ans, et 35 % étaient des femmes. Ceux-ci ont été répartis en cinq groupes, en fonction de leur taux de cholestérol HDL dans le sang : moins de 30 milligrammes par décilitre (mg/dl), de 31 à 40 mg/dl, de 41 à 50 mg/dl, de 51 à 60 mg/dl et plus que 60 mg/dl. Toutes ces personnes ont été suivies pendant quatre ans, période durant laquelle 769 personnes (13 %) sont décédées de causes cardiovasculaires ou ont eu une crise cardiaque.

Il en ressort que les patients qui présentaient le plus haut niveau de cholestérol HDL avaient la plus forte probabilité de mourir d’une maladie cardiovasculaire ou d’une crise cardiaque. Les patients présentant un taux de cholestérol HDL supérieur à 60 mg/dl présentaient un risque de crise cardiaque ou de maladie cardiovasculaire 50 % plus élevé que ceux ayant un taux de cholestérol HDL compris entre 41 et 60 mg/dl.

Il s’agit ici d’une étude observationnelle. Ce lien entre le très haut niveau de “bon” cholestérol et les risques de crises cardiaques n’est pour l’heure pas encore expliqué. Toujours est-il que si nous savons depuis longtemps que le faible taux de cholestérol HDL expose les personnes au risque de développer une maladie cardiovasculaire, en avoir beaucoup semble finalement exposer à des risques similaires.

Source

Articles liés : 

Le cholestérol est-il vraiment mauvais pour notre santé ?

Un dérivé du cholestérol pourrait révolutionner les traitements du cancer du sein

Les femmes sont plus susceptibles de mourir d’une crise cardiaque si leur médecin est un homme