in

Shinrin-yoku : la pratique relaxante des « bains de forêt »

bains de forêt Shinrin-yoku
Crédits : audioundwerbung/istock

Entre les pressions liées au travail, les soucis du quotidien ou encore les préoccupations financières, les facteurs de stress peuvent vite rendre la vie impossible. Par ailleurs, le simple fait de vivre dans des environnements urbains denses et bruyants ou l’utilisation excessive de la technologie peut causer du stress. Certaines de ces situations peuvent inciter bon nombre de personnes à se tourner vers la pratique du Shinrin-yoku (les bains de forêt) pour soulager leurs tensions et améliorer leur bien-être. De quoi s’agit-il précisément ?

Qu’est-ce que le bain de forêt ?

Le Shinrin-yoku est une pratique japonaise qui consiste à passer du temps en immersion dans la nature, en particulier dans les forêts, pour bénéficier d’effets apaisants et bénéfiques sur la santé mentale et physique.

Elle s’appuie sur l’idée que les êtres humains ont évolué en étroite interaction avec la nature et que, de ce fait, notre bien-être est profondément lié à notre environnement naturel. Cette perspective est d’ailleurs soutenue par des preuves scientifiques et anthropologiques suggérant que les humains ont coexisté avec la nature pendant des milliers d’années, dépendant de celle-ci pour leur survie et leur développement. Le fait est que, sur sept millions d’années d’histoire humaine, nous avons passé 99,99 % du temps dans la nature.

Le Shinrin-yoku est né au Japon au début des années 1980 en réponse à une préoccupation croissante concernant les effets négatifs du stress lié à la technologie et à la vie moderne sur la santé mentale et physique des individus. La pratique avait alors été officiellement introduite par le gouvernement japonais dans le cadre de mesures de bien-être public.

bains de forêt
Crédits : oliver de la haye/istock

De nombreux bienfaits

Les effets positifs à long terme du shinrin-yoku sur le corps et l’esprit ont été mis en évidence par de nombreuses recherches approfondies, d’abord au Japon et en Corée, mais aussi plus récemment en Europe occidentale.

Selon ces travaux, le shinrin-yoku peut en effet réguler la tension artérielle, améliorer la variabilité de la fréquence cardiaque (un indicateur de la santé cardiovasculaire), réduire les hormones du stress et les marqueurs inflammatoires tels que le cortisol, et augmenter le nombre ainsi que l’activité de cellules NK et de protéines anticancéreuses.

Le shinrin-yoku présenterait également des avantages psychologiques et aurait un impact positif sur l’humeur, l’anxiété, la confusion, la fatigue et la vigueur.

Il existe un certain nombre de théories expliquant les bienfaits pour la santé de l’exposition à la nature. Celle de la restauration de l’attention de Kaplan affirme que passer du temps dans la nature renforce notre concentration grâce à la pratique d’une attention sans effort. La théorie de la réduction du stress soutient également l’idée qu’être dans un environnement naturel non menaçant réduit le stress et améliore les fonctions physiologiques telles que le rythme cardiaque et la tension artérielle.

bains de forêt Shinrin-yoku
Crédits /LeManna/istock

Comment s’y prendre ?

Les bains de forêt sont différents d’une simple balade en forêt. Les activités forestières typiques telles que la marche, le jogging, le vélo et l’équitation augmentent en effet la fréquence cardiaque et sollicitent le système nerveux sympathique (combat et fuite). À l’inverse, les bains de forêt se font à un rythme beaucoup plus lent, conduisant à la relaxation. Ce sentiment survient à mesure que nous augmentons l’activité du système nerveux parasympathique (repos et digestion).

Pour les intéressés, la meilleure façon de stimuler le système nerveux parasympathique est de s’asseoir dans la forêt, de prendre quelques respirations profondes et de s’accorder au moins cinq à dix minutes d’observation silencieuse. Si votre esprit se met à vagabonder, prêtez-y attention et concentrez-vous à nouveau sans jugement. En somme, méditez.