in

Sexualité : les personnes vierges ne veulent pas aller avec d’autres vierges

Crédits iStock

Le fait d’être vierge passé l’âge de 20 ans est quelque chose de gênant, à tel point que beaucoup cherchent la compagnie de partenaires expérimentés. Une étude américaine tend à le prouver.

Rester vierge passé la vingtaine, outre résultant d’un choix lié à des convictions religieuses ou simplement personnelles, est une situation gênante, voire stigmatisante. Être « débutant » dans sa sexualité, qui plus est un peu tardivement, semble être mal perçu dans nos sociétés. Ainsi, les personnes n’ayant jamais eu de relations sexuelles cherchent, plus que les autres, à attirer des partenaires ayant passé le stade de « novice » en la matière.

Aux États-Unis, ce fait a été prouvé par une étude menée par des chercheurs du Kinsey Institute, un organisme de recherche sexologique américain affilié à l’Université d’État de l’Indiana. Les résultats de ces recherches ont été publiés dans le Journal of Sex Research le 16 mars 2016.

La première partie de l’étude a été menée sur 5000 Américains et Américaines dont l’âge est situé entre 18 et 76 ans. Il a été demandé aux volontaires de répondre à une question : « pouvez-vous sortir avec une personne vierge ? »

Les résultats indiquent qu’une majorité d’adultes ayant déjà eu des relations sexuelles s’est montrée peu encline à se diriger vers des personnes vierges. Cependant, la donnée qui nous intéresse est la suivante : un nombre encore plus important de personnes vierges ne désirent pas aller vers des personnes ayant la même « caractéristique » qu’eux-mêmes.

La particularité des résultats réside dans le fait que, particulièrement, les adultes âgés d’environ 20 ans sont réticents à l’idée de sortir avec une personne vierge, alors que les femmes préfèrent plus que les hommes éviter une personne novice au niveau de sa sexualité.

« Alors qu’historiquement, rester vierge avant le mariage était valorisé, les scénarios sociosexuels ont beaucoup changé aux États-Unis et l’activité sexuelle prémaritale est devenue la norme » indiquent les chercheurs.

Une seconde partie de l’étude consistait à interroger 560 personnes hétérosexuelles ayant un âge compris entre 18 et 71 ans, dont le quart s’avérait être toujours vierge. Les questionnaires ont révélé que les personnes vierges se sentaient stigmatisées et exclues pour des raisons imputant à leur manque d’expérience sexuelle.

Au contraire, les « expérimentés » n’ont exprimé aucune gène ou autre problème. Il faut savoir tout de même que les personnes vierges de moins de 35 ans ne représentent qu’1,9 % de la population totale, alors que ce même taux descend à 0,9 % après 35 ans.

Sources : Slate – Medical Daily