in ,

SEVESO : ces sites industriels présentant des risques d’accidents majeurs

Crédits : PxHere

Une série de directives européennes – dont la dernière date est entrée en vigueur il y a trois ans – a pour but d’identifier les sites industriels présentant des risques d’accidents majeurs. Ces sites classés SEVESO doivent absolument faire l’objet d’un haut niveau de prévention. Qu’impliquent donc ces mesures ?

Les directives SEVESO

Depuis le du 24 juin 1982, la première directive Seveso oblige les États membres de l’Union européenne – ainsi que les entreprises – d’identifier les risques liés aux activités industrielles jugées dangereuses. Il s’agit également de prendre des mesures afin de faire face à d’éventuels accidents et autres catastrophes.

La directive Seveso II apparaîtra en 1996, concernant toutes les sociétés manipulant des substances dangereuses et obligeant ces dernières à s’enregistrer auprès des autorités. En 2015 entre en vigueur la directive Seveso III, liée à environ 10 000 établissements dans l’Union européenne – dont 1200 en France.

Il existe également ce que l’on nomme en France le « Seveso seuil bas » et le « Seveso seuil haut ». La première catégorie concerne 500 établissements présentant un risque important et la seconde, 600 établissements comportant un risque majeur.

Une importante catastrophe à l’origine des directives

Ces directives reprennent le nom d’une commune du nord de l’Italie où a eu lieu une catastrophe écologique et sanitaire durant l’été 1976. Un important nuage toxique de 2, 3, 7, 8-tétrachlorodibenzo-p-dioxine (TCDD ou dioxine de Seveso) s’est échappé suite à la surchauffe d’un réacteur de l’usine chimique ICMESA.

Les alentours de l’usine ont alors été contaminés, et le nuage touche à l’époque quatre communes lombardes assez sévèrement – dont Seveso. Résultat : de nombreuses hospitalisations pour des cas de chloracné, un trouble rare de la peau – semblable à l’acné – causé par une exposition à des agents chlorés tels que les dioxines. Aucune mort humaine n’a été déplorée, mais les autorités ont constaté la disparition de dizaines de milliers de têtes de bétail. Cette catastrophe est donc le point de départ de l’élaboration des directives dont il est ici question.

usine
Crédits : PxHere

Prévenir le danger

Les directives Seveso impliquent l’établissement de mesures drastiques de sécurité – ainsi que des plans de protection – au niveau des sites concernés. Le plus souvent, il s’agit de prévenir les risques en informant le public, en organisant les secours ou en agissant directement sur l’urbanisme. Il est également question d’élaborer des scénarios possibles, et d’en évaluer les conséquences.

Sources : Futura SciencesNovethic

Articles liés :

Trop de pollution serait lié à un risque accru de cancers de la bouche

Les risques de transitions critiques associés au changement climatique sont-ils sous-estimés ?

Des usines chinoises mettent la couche d’ozone en danger !