in

Un seul continent sur Terre dans 250 millions d’années ?

Crédits: Capture vidéo

Les continents terrestres sont en perpétuel mouvement et aujourd’hui, grâce aux différents moyens dont on dispose, il est de plus en plus simple de comprendre où les continents étaient dans le passé et où ils seront dans le futur. Selon la BBC, dans 250 millions d’années, on devrait retrouver un seul et unique continent sur Terre.

Il y a 300 millions d’années, le monde n’avait rien à voir avec celui que l’on connaît aujourd’hui, et toutes les terres formaient la Pangée, un supercontinent regroupant l’ensemble des terres émergées. C’est le météorologue et astronome allemand Alfred Wegener qui a découvert cela en 1912, mais ce n’est que 30 ans plus tard que la communauté scientifique s’est accordée derrière cette théorie, qui fut alors vérifiée et admise.

Aujourd’hui, les plaques sur lesquelles les continents reposent peuvent bouger de 30 à 600 millimètres par an, « à peu près la vitesse à laquelle les ongles et les cheveux poussent chez l’homme » écrit la BBC, et les satellites permettent de suivre précisément ces mouvements perpétuels. « Les plaques sont dans une sorte de guerre éternelle, luttant pour leur place à la surface de la Terre« , note le site britannique.

Selon le chercheur Christopher Scotese, de l’Université du Texas, la Terre devrait connaître une nouvelle Pangée dans 250 millions d’années selon ses prévisions. Pour arriver à affirmer cela, il a suffi au chercheur de « regarder comment les plaques bougent aujourd’hui et d’extrapoler le mouvement au fil du temps » écrit la BBC. Dans la vidéo ci-dessous, réalisée par le chercheur, on voit d’abord une première projection à 50 millions d’années. Dans celle-ci, « l’Australie sera entrée en collision avec l’Asie du Sud-est. L’Afrique va être poussée contre l’Europe du sud, alors que l’océan Atlantique sera encore plus large qu’aujourd’hui« .

Ensuite, 200 000 ans après, un super continent « Pangae Proxima » va se reformer, et si la collision des plaques modifiera forcément ces prévisions, l’événement ne fait aucun doute selon le chercheur.

Source