La sépulture intacte d’un « conducteur de char » vieille de 3 000 ans découverte en Sibérie

sépulture conducteur de char
Crédits : IAET SB RAS

En Sibérie, une équipe d’archéologues annonce avoir découvert la tombe intacte vieille de 3 000 ans d’une personne que l’on pense être un conducteur de char. Cette découverte suggère ainsi pour la première fois que des chars tirés par des chevaux étaient utilisés dans la région à cette époque.

Une sépulture exceptionnelle

Depuis plusieurs années, des archéologues mènent des fouilles dans la région Askizsky de Khakassie, en Sibérie, en amont de l’expansion d’un chemin de fer. Il y a quelques jours, l’équipe a découvert la tombe d’un homme près du village de Kamyshta, dont la dépouille exceptionnellement bien conservée aurait environ 3 000 ans.

Les restes squelettiques de cet homme ont été enterrés avec une attache métallique à crochet au niveau de la taille. Des objets de ce genre avaient déjà été découverts dans la région. Cependant, pendant longtemps, les archéologues russes n’avaient aucune idée de quoi il s’agissait.

Un pilote de char

Au cours de ces dernières années, plusieurs découvertes en Chine ont montré que ces attaches étaient souvent enterrées dans les sépultures de conducteurs de char de l’âge du bronze. Elles permettaient d’attacher les rênes à la taille dans le but de libérer les mains. Certaines de ces personnes étaient également enterrées avec les restes de leur véhicule et de leurs propres chevaux.

Nous savons que l’utilisation de chars en Chine remonte à environ 1200 av. J.-C., pendant la dynastie Shang. Elle aurait ensuite continué à évoluer jusqu’à la dynastie des Zhou (IIIe siècle av. J.-C). Ces chars étaient constitués d’une plate-forme en bois soutenue par des roues avec des essieux. Tirés par deux ou parfois quatre chevaux, ils étaient pilotés par des guerriers généralement équipés de lances, de flèches et de boucliers pour le combat.

Selon les archéologues, il est donc probable que cet homme ait lui aussi été un guerrier pilote. Cependant, aucun véhicule de ce genre n’a encore été trouvé dans les sépultures sibériennes.

En plus de la pièce de ceinture en bronze distinctive, les archéologues ont également trouvé un poignard en bronze et des bijoux dans la tombe (un monticule de terre entassé sur une tombe en pierre à peu près carrée).

sépulture conducteur de char
Crédits : IAET SB RAS

Cette personne aurait vécu à l’époque de la culture Lugav, dont la plupart des représentants étaient principalement engagés dans l’élevage de bétail. Ces habitants ont ensuite été remplacés dans la région vers le VIIIe siècle av. J.-C., au début de l’âge du fer, par des personnes scythes de la culture Tagar.