in ,

Ces deux petites soeurs siamoises ont survécu à une opération chirurgicale rarissime !

Crédits : Children's Hospital of Philadelphia

Erin et Abby Delaney, des sœurs siamoises âgées de dix mois et reliées par la tête, ont été séparées le 7 juin dernier au cours d’une opération chirurgicale qui aura duré 11 heures. Aujourd’hui les deux sœurs se portent bien, et pourraient même bientôt « rentrer à la maison ».

La petite Abby peut aujourd’hui rouler sur son ventre, lever la tête et tourner des pages de ses livres préférés. Sa sœur, Erin, peut maintenant s’asseoir toute seule, et commencer à ramper. De vrais progrès, donc. Ce n’était pourtant pas gagné. Nées siamoises, les deux petites filles étaient encore il y a quelques mois craniopages, c’est-à-dire jointes au niveau de la tête, le cas le plus rare. Abey et Erin présentaient de nombreux vaisseaux sanguins en commun. Les médecins avaient également dû scinder en deux la membrane protégeant leurs cerveaux. Au cours d’une seule et même intervention de 11 heures, anesthésistes, infirmiers et chirurgiens s’étaient relayés pour détacher les deux bébés puis procéder aux premiers actes de chirurgie plastique réparatrice. L’opération fut un succès. Toujours à l’hôpital, les deux petites filles pourront même bientôt rentrer chez elles.

Crédits : Children’s Hospital of Philadelphia

Erin et Abby sont en effet depuis prises en charge par l’unité pédiatrique de soins intensifs et étroitement surveillées par les équipes du Dr Jesse Taylor, qui a dirigé l’opération. Une convalescence longue et compliquée, donc. Durant les prochains mois, leur développement neurologique sera suivi de près mais le simple fait de pouvoir ramener à la maison ses deux petites filles est un vrai soulagement pour la maman, Heather Delaney, qui depuis l’opération ne cesse de faire des allers-retours à l’hôpital. « Quand nous rentrerons à la maison, nous allons organiser une énorme fête », expliquait-elle il y a quelques semaines. La jeune maman détaille notamment ses ressentis sur son blog, où vous pouvez également voir quelques photos de la convalescence de ses filles.

Rappelons que ce cas précis est extrêmement rare. Les siamois représentent une naissance sur 100 000 dans le monde et sont plus fréquents en Asie et en Afrique. Parmi eux, 5 % seulement sont attachés par la tête — on les appelle « craniopagus ». Dans 40 % des cas, ces nourrissons ne survivent pas à la naissance. Un autre tiers décède dans les 24 heures suivant la venue au monde.

Source