in

Selon une nouvelle étude, le Covid-19 est saisonnier

Si l’épidémie de Covid-19 semble faiblir en Europe avec l’arrivée des beaux jours, une nouvelle étude est source d’inquiétude. En effet, des chercheurs étasuniens ont établi pour la première fois la saisonnalité du coronavirus. Malheureusement, il est fort possible qu’une nouvelle vague de Covid-19 sévisse cet hiver dans les pays tempérés de l’hémisphère Nord.

Des conditions idéales de développement

Le SARS-CoV-2 (Covid-19) se diffuse davantage sous un climat sec et plus frais. Publiée dans JAMA Network Open le 11 juin 2020, une étude de l’Université de Virginie (États-Unis) estime que le coronavirus a touché plus durement des villes situées dans une bande de latitude entre 30° et 50° nord (voir carte ci-après). Parmi ces villes, nous retrouvons Wuhan (Chine), Tokyo (Japon), Daegu (Corée du Sud), Qom (Iran), Milan (Italie), Paris (France), Seattle et Washington (États-Unis) ainsi que Madrid (Espagne).

carte Covid 19
Crédits : Université de Virginie / JAMA Network Open

“La distribution des foyers importants du COVID-19 en terme de fourchette de latitude, de température et de niveaux d’humidité correspondait au comportement des virus respiratoires saisonniers” peut-on lire dans l’étude.

Selon les meneurs de l’étude, les villes citées connaissaient des températures comprises entre 5 et 10,5 degrés °C et une humidité relative entre 44 et 84 % au moment de la diffusion du Covid-19. Par ailleurs, l’étude évoque le cas de 42 autres villes ayant visiblement évité le pire. Or, celles-ci se trouvent soit au sud, soit au nord de cette bande de latitude.

Le Covid-19 présent chaque hiver ?

Les chercheurs ont indiqué que les coronavirus entraînant des rhumes chez les humains font l’objet d’une forte saisonnalité en hiver. Le fait est que ces mêmes coronavirus sont indétectables durant les mois d’été. Autrement dit, le Covid-19 pourrait bien être également saisonnier, tout comme la grippe sévissant en hiver entre décembre et avril dans les pays de l’hémisphère Nord. Cette même grippe atteint l’hémisphère Sud entre juin et septembre. Sous les tropiques, l’absence d’hiver rime avec l’apparition de plusieurs épisodes forts (vagues). Les chercheurs pensent que le Covid-19 pourrait à l’avenir continuer à fonctionner selon ce schéma.

Les meneurs de l’étude ont également évoqué une autre possibilité. Les efforts en matière de santé publique pourraient permettre d’éradiquer le Covid-19 sous les tropiques et dans l’hémisphère Sud, comme ce fut le cas du SRAS en 2003. Toutefois, l’actuelle augmentation des cas dans le monde rend cette éventualité de moins en moins probable. Enfin, la surveillance du Covid-19 dans des pays tels que la Nouvelle-Zélande, l’Argentine, le Chili ou encore l’Afrique du Sud pourrait aider les pays du Nord à se préparer à une nouvelle vague épidémique.