in

Selon une étude, les « bébés du confinement » sont plus lents en matière de communication

Crédits : tapui / iStock

Une récente étude menée par des chercheurs irlandais portant sur les bébés nés pendant le premier confinement a livré une conclusion assez édifiante. Aujourd’hui, ces enfants âgés de deux ans et demi auraient développé certaines facultés de communication de manière plus lente.

Une première année de vie très différente

Les premières recherches portant sur les enfants ayant vu le jour durant le premier confinement donnent leurs résultats. Ceci est notamment le cas de l’étude parue dans la revue Archives of Disease in Childhood le 11 octobre 2022 et menée par des chercheurs du Royal College of Surgeons de l’Université de Médecine et des Sciences humaines de Dublin (Irlande). Aujourd’hui, les enfants nés durant le premier confinement (mars 2020) en lien avec la pandémie de Covid-19 sont âgés de deux ans et demi. Or, les meneurs de l’étude indiquent que ces bébés ont développé certaines facultés de communication de façon plus lente. Avant l’âge d’un an, ces enfants ont éprouvé davantage de difficultés à apprendre à prononcer leur premier mot intelligible, dire au revoir ou encore pointer quelqu’un du doigt.

Néanmoins, les chercheurs de l’étude ont identifié un autre fait. Effectivement, les enfants du premier confinement ont développé plus rapidement leur aptitude à ramper. La principale meneuse de l’étude et neurologue pédiatrique Susan Byrne estime que cette première année de vie a été très différente pour les bébés du confinement, par rapport à celle des bébés nés avant la pandémie.

humour bébé
Crédits : Victoria_Borodinova / 8796 images

Aucun retard de développement majeur

Si la conclusion de l’étude peut paraître inquiétante, Susan Byrne tient à se montrer rassurante, notamment envers les parents. En effet, l’intéressée estime qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter car les bébés sont « résistants et curieux par nature » et peuvent ainsi rebondir si les parents leur fournissent le soutien adéquat.

Par ailleurs, les meneurs de l’étude ont listé les possibles facteurs pouvant expliquer ce retard en matière de communication. Il est question d’un manque d’interactions sociales mais également de changements d’environnement, ceux-ci habituellement permis par des promenades et autres journées en extérieur. Au sujet de l’aptitude à ramper, il semble évident que les bébés du confinement ont eu davantage de temps pour explorer le sol de leur maison.

Dans tous les cas, les chercheurs irlandais n’ont identifié aucun retard de développement majeur, tout comme une autre étude sur le sujet menée par l’Université de Columbia et parue en janvier 2022. En revanche, ces recherches ont une limite : les conclusions se basent quasiment entièrement sur l’observation des parents. Ainsi, de plus amples travaux devraient être réalisés afin d’apporter davantage de certitudes.