in

Selon une étude, l’algorithme de Facebook est un danger pour la santé publique !

Crédits : Max Pixel

Une ONG a récemment publié un rapport épinglant le réseau social Facebook. Sur les douze derniers mois, Facebook a permis aux fausses informations d’atteindre environ 3,8 milliards de vues. Un pic est d’ailleurs intervenu en avril 2020, au moment de l’accélération de la pandémie de Covid-19.

Les fake news, plus visibles que les informations fiables

Facebook n’en fait pas assez pour contrer les fake news. C’est en tout cas les conclusions d’un rapport publié par l’ONG Avaaz du 19 août 2020. En se basant sur les données de cinq pays à savoir les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Italie et la France, les militants ont noté le poids écrasant des fausses informations sur le célèbre réseau social. Selon le rapport, l’algorithme de Facebook a permis aux fake news d’atteindre pas moins de 3,8 milliards de vues sur les douze derniers mois. Un pic a été atteint en avril avec environ 460 millions de vues. Or, ce pic correspond à l’accélération de la diffusion du coronavirus dans le monde.

Le fait est que ces fake news pèsent plus lourd que les informations fiables. Selon Avaaz, la dizaine de sites diffusant de fausses informations a généré presque quatre fois plus de vues que les dix plus importantes autorités sanitaires mondiales ! Or, parmi ces autorités, nous retrouvons l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) ainsi que les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) aux États-Unis.

Quelles sont les plateformes de désinformation en question ? La première place du Top 10 est occupée par RealFarmacy (États-Unis). Par ailleurs, deux sites français y sont également présents, à savoir Riposte Laïque (5e) ainsi que Les Moutons Rebelles (7e). De plus, il semble que ces fausses informations ont été largement politisées et partagées, notamment par des groupes comme les gilets jaunes.

coronavirus
Crédits : mohamed_hassan / pixabay

La passivité de Facebook

Si Facebook a été pointé du doigt, il y a une raison valable. Selon le rapport, seuls 16 % des fausses informations publiées avaient une étiquette d’avertissement. Par ailleurs, les pages diffusant les fake news seraient suivies par environ 28 millions de personnes. Alors qu’en ces temps de pandémie, le public a besoin d’informations fiables, les fake news n’ont jamais été si nombreuses.

Enfin, Avaaz a détaillé les fake news les plus vues. Un article sur de faux remèdes pour des maladies mortelles, comme l’argent colloïdal pour le virus Ebola, a rassemblé 4,5 millions de vues. Un autre article expliquant que la quarantaine nuisait à la santé publique a été vu 2,4 millions de fois. Pour l’ONG, l’algorithme de Facebook est une menace majeure pour la santé publique.