in

Selon une étude, il est possible de sauver les océans en 30 ans !

Crédits : Max Pixel

Reconstruire la vie marine en une trentaine d’année, une récente étude internationale estime que ceci est possible. Toutefois, les États devront appliquer un plan d’action durant cette période. En cas d’échec, ceci reviendrait à contraindre les générations future à vivre avec des océans tout simplement condamnés.

Une situation compliquée pour les océans

La vie marine et les écosystèmes océaniques pourraient “repartir” en 30 ans ! Cette déclaration est celle d’une équipe de chercheurs dont fait partie le français Jean-Pierre Gattuso, océanologue du CNRS. L’étude baptisée Rebuilding marine life (reconstruire la vie marine) a été publiée dans la revue Nature le 1er avril 2020.

L’océanologue interrogé dans un article de Ouest-France pose le décor. Selon lui, les océans sont en mauvais état et cela n’a fait qu’empirer avec le temps après l’arrivée des colons en Amérique au XVIe siècle. Le constat est difficile : la moitié des récifs coralliens du monde sont en mauvais état et la surpêche touche un tiers des stocks de poisson.

Jean-Pierre Gattuso estime pourtant que l’espoir est permis. L’expert évoque plusieurs espèces de mammifères marins comme les baleines à bosse et les éléphants de mer. Il s’agit d’espèces protégées dont les effectifs sont aujourd’hui non négligeables, et ce après être passées proches de l’extinction. L’océanologue évoque également la forêt de mangroves dans le delta du Mékong, aujourd’hui régénérée après avoir été pratiquement détruite lors de la guerre du Vietnam.

baleine nageoire
Crédits : PxHere / Public Domain

Un plan d’action sur 30 ans

Dans leur étude, les chercheurs préconisent cinq mesures. L’une d’elles est de protéger les océans à hauteur de 50 % contre 10 % actuellement. Il est question des Aires marines protégées (AMP), permettant dans de vastes zones de préserver la vie marine des activités humaines. Par ailleurs, investir pour atteindre cette part d’AMP pourrait permettre de créer un million d’emplois (écotourisme, pêche ect) Une autre des mesures est de contenir l’ampleur du changement climatique. Sans cette dernière, toute autre action est vaine.

Jean-Pierre Gattuso rappelle que les deux guerres mondiales ont eu un effet bénéfique sur les océans. L’absence de pêche pendant plusieurs années a en effet permis de régénérer les stocks de poisson. Actuellement, la période de confinement liée à la pandémie de Covid-19 n’est pas comparable en terme de durée mais devrait faire du bien à la vie marine. Or, certains espèrent que cette période puisse faire changer les mentalités et déboucher sur un autre modèle sociétal et économique.