in

Dormir trop longtemps peut accroître votre risque de mortalité

Crédits : Pixabay

Adepte de la grasse matinée ? Se lever en pleine après-midi fait partie de vos habitudes ? Si oui, méfiance, car selon une nouvelle étude, les personnes dormant trop, restant en position assise toute la journée et faisant peu d’exercice multiplie par quatre leur risque de décès.

La première cause de mortalité dans le monde est sans conteste les maladies non transmissibles telles que les cancers, le diabète ou encore les maladies cardiovasculaires. Certains comportements sont à risque, favorisant ce type de maladie : abus de tabac et d’alcool, mauvaise alimentation ou encore sédentarité.

Des chercheurs de l’Université de Sydney en Australie ont mené une étude baptisée 45 and Up Study regroupant l’analyse comportementale d’environ 230.000 australien entre 2006 et 2012. Cette étude traitant de la santé des personnes pendant le vieillissement a été publiée dans la revue Plos Medicine le 8 décembre 2015.

Des questionnaires ont permis d’évaluer les différents comportements tels que la consommation de tabac et d’alcool, l’activité physique, l’alimentation, mais également le sommeil. Par rapport à d’autres études, celle-ci a un plus : elle intègre d’autres facteurs précis comme un temps passé assis jugé trop important (plus de 7h/jour), le manque de sommeil (moins de 7h/nuit) ou encore l’excès de sommeil (plus de 9h/jour).

Côté résultats, voici les pourcentages correspondant aux 231.048 Australiens interrogés :

– 31,2% n’accusant aucun facteur de risque

– 36,9% ayant un facteur de risque

– 21,4 réunissant deux facteurs de risque

– 10,6 comptabilisant trois facteurs de risque ou plus

Le groupe n’accusant aucun facteur de risque a servi de groupe témoin à des fins de comparaison avec les autres groupes, disséquant les différents facteurs de risque ainsi que les potentielles associations de ces facteurs. Ainsi, le nombre de facteurs de risque et la mortalité seraient très liés.

Selon les chercheurs, le tabagisme reste le premier facteur, augmentant le risque de 90% face à une personne « saine ». Cependant, la consommation d’alcool comme seul facteur n’augmenterait le risque que de 8% seulement, mais couplée à la consommation de tabac, cette association augmenterait le risque de 180%. Voilà en quoi l’analyse des associations de facteurs semble pertinente.

L’étude est aussi très parlante au niveau du sommeil. Il semble que le fait de trop dormir (plus de 9h/nuit) est plus dangereux que le manque de sommeil, augmentant de 44% le risque de mortalité. Couplé à une position assise trop longtemps effective et à une activité physique moindre, l’excès de sommeil peut multiplier par quarte les risques de décès, un cocktail plus dangereux que le couple « alcool / tabac ».

Sources : Futura SciencesMensquare