in

Trop de sel dans le cerveau cause un ralentissement du flux sanguin

Crédits : artisteer / iStock

Une étude américaine récente s’est intéressée à l’hypothalamus. Cette région du cerveau n’est autre que le centre de contrôle de plusieurs fonctions telles que la faim, le stress ou encore l’éveil. Selon les chercheurs, un excès de sel y réduirait le débit sanguin, un phénomène plutôt étonnant.

Un phénomène particulier

Dès lors que les neurones sont en activité dans notre cerveau, ceux-ci ont besoin d’oxygène et de glucose. Ils sont alors transportés par le biais du sang pour un approvisionnement en phase avec la demande des neurones. Ainsi, plusieurs mécanismes biologiques sont à l’œuvre afin d’augmenter le débit sanguin. La science a déjà observé ce phénomène dans le cortex cérébral, région du cerveau également nommée « matière grise ». Des chercheurs de l’Université d’état de Georgie (États-Unis) ont porté leur intérêt sur le même phénomène, cette fois au niveau de l’hypothalamus. Leurs travaux ont été publiés dans la revue Cell Reports le 2 novembre 2021. Or, leurs observations sont très étonnantes.

Rappelons au passage que l’hypothalamus est une structure du système nerveux central située  sur la face ventrale de l’encéphale. De la taille d’une simple amande, l’hypothalamus intervient dans la régulation du système nerveux autonome et des fonctions endocrines. Il joue également un rôle dans de nombreuses fonctions corporelles comportementales comme la thermorégulation, le stress, la faim, le rythme circadien ou encore la reproduction.

cerveau
Crédits : Chrischan~enwiki / Wikipedia

Des observations surprenantes

Le noyau supraoptique de l’hypothalamus renferme des neurones dont l’activité principale est la sécrétion de vasopressine. Il s’agit d’une hormone qui joue un rôle important dans la régulation de la concentration de sel dans le sang. Or, si les neurones voient leur activité favorisée par l’augmentation du débit sanguin, un excès de sel devrait logiquement être en lien avec l’augmentation du débit sanguin pour nourrir les neurones qui s’activent justement pour corriger cet excès.

Pourtant, les chercheurs ont observé le phénomène inverse. Au sein du noyau supraoptique de l’hypothalamus, un excès de sel dans le sang cause une vasodilatation, c’est-à-dire une augmentation du diamètre des vaisseaux sanguins par dilatation de leurs fibres musculaires. Or, le débit de sang diminue de manière significative, ce qui engendre une hypoxie (privation d’oxygène) qui touche les cellules de manière localisée.

Javier Stern, neuroscientifique et principal auteur de l’étude, indique que manger très salé fait que les niveaux de sodium dans le corps restent longtemps élevés. Une des hypothèses est que l’hypoxie permet de renforcer la capacité des neurones à répondre à une stimulation saline continue et à rester actif durant un laps de temps important. Pour les scientifiques, ces travaux pourraient apporter des précisions sur le phénomène d’hypertension qui est souvent causé par régime alimentaire trop riche en sel.