in

La sécheresse a causé la mort d’un millier de flamants roses en Turquie

Crédits : Pxhere

Depuis peu, le monde compte un exemple de plus prouvant que la sécheresse est un véritable fléau. Un millier de flamants roses ont en effet été retrouvés morts dans le lac Tuz, dont le faible niveau est synonyme de vulnérabilité. Visiblement, l’agriculture est la cause de ce désastre, mais les autorités locales ne sont pas de cet avis.

Un lac très vulnérable

Situé à plus d’une centaine de kilomètres de la capitale Ankara (Turquie), le lac Tuz est le second plus grand lac du pays avec une superficie de 1 500 km². Cette étendue d’eau peu profonde (1 à 2 m) est connue pour abriter la plus importante colonie nidificatrice de flamants roses de Turquie. Or, outre sa faible profondeur, le lac Tuz a une salinité très importante si bien qu’il s’évapore presque entièrement durant l’été.

Jusqu’à aujourd’hui, les oiseaux ont réussi à s’adapter à ces conditions peu favorables. Cependant, comme l’indiquait l’agence de presse Reuters le 15 juillet 2020, une catastrophe s’est produite. En effet, une sécheresse sévère touche la Turquie en ce moment, un événement ayant causé une évaporation rapide des eaux du lac. Résultat, un millier de flamants roses ont été retrouvés morts parmi les amas de boue et de sel.

lac Tuz turquie
Le lac Tuz, en Anatolie centrale. – Crédits : Adam Harangozó / Wikipedia

L’agriculture, une des principales causes

Selon la Fondation turque pour la lutte contre l’érosion des sols (TEMA), le réchauffement climatique et les méthodes locales concernant l’irrigation seraient en cause. Sur ce dernier point, les écologistes ont pointé le détournement d’un cours d’eau qui alimente habituellement le lac Tuz. Or, ce détournement s’est fait au profit de l’agriculture. Malheureusement, la demande en eau de ce secteur serait trop importante pour la quantité d’eau réellement disponible. Dans le bassin de Konya, la disponibilité en eau était de 4,5 milliards de mètres cubes en 2020. Or, la consommation atteignait 6,5 milliards de mètres cubes selon TEMA.

Bekir Pakdemirli, ministre turc de l’Agriculture et des Forêts a toutefois démenti ces accusations. Il a confirmé la mort du millier de flamants roses, mais a indiqué que les pratiques agricoles n’y étaient pour rien. Selon lui, les oiseaux morts étaient de jeunes flamants roses incapables de voler. Pour cette raison, les oiseaux se seraient retrouvés coincés à cause de l’augmentation de la salinité dans une eau en cours d’évaporation rapide.

Rappelons qu’en 2000, le lac Tuz est devenu une zone protégée, un statut assurant en théorie la préservation de sa diversité biologique ainsi que de ses ressources naturelles et culturelles. Et pourtant, il semble bien que depuis, l’agriculture joue un grand rôle dans la sécheresse et les difficultés que rencontre la faune sauvage locale. Selon TEMA, 12 000 poussins de flamants roses avaient vu le jour contre seulement 5 000 en 2021.