in ,

Archéologie : la sécheresse dévoile de nouveaux vestiges du site de Vix

Crédits : Inrap

Le site de Vix recèle une ville imposante fortifiée du Premier Âge du Fer datant de 2 500 ans. Et si le célèbre vase de Vix a été découvert il y a 70 ans, les archéologues mettent régulièrement au jour de nouveaux vestiges. Or, depuis quelques semaines, un nouvel élément permet de faire des découvertes : la sécheresse.

Quand la sécheresse permet de nouvelles fouilles

Rappelons tout d’abord que le site de Vix, près de Châtillon-sur-Seine (Bourgogne-Franche-Comté), est avant tout célèbre pour la tombe de la Dame de Vix, dont la fouille menée en 1953 a révélé un mobilier d’une richesse incomparable, dont le fameux vase de Vix. Depuis, le lieu est exploré par des archéologues mettant petit à petit au jour des vestiges témoignant d’une ville fortifiée sur 50 hectares, datant de la période hallstattienne (Premier Âge du Fer).

Un article de France 3 Régions du 5 août 2022 montre que depuis plusieurs semaines, la sécheresse fait ressortir d’autres vestiges de cette fameuse ville. Il est notamment question d’un champ de luzerne fauché et jauni par la sécheresse, dont la particularité est de dévoiler une longue ligne verte bordée de cercles. Sur ce lieu, il n’y a pas encore d’archéologues, mais le géophysicien allemand Harald Von der Osten. Le scientifique sonde le terrain à l’aide de machines spécifiques (radar et technique magnétique) afin de préparer les travaux d’excavation dans le sol.

site vix
Crédits : Inrap

Seulement 2 % du site mis au jour

Dans un autre lieu à 200 mètres de là, des archéologues creusent depuis quelques semaines. Selon eux, les fouilles ont permis de dévoiler les fondations d’un bâtiment datant possiblement de 5 000 ans (Néolithique). Il s’agit d’un bâtiment inédit de 30 m de long pour 6 m de large environ. Les chercheurs estiment qu’il s’agit du plus grand bâtiment de la période hallstattienne. Néanmoins, en l’absence de point de comparaison et du fait que les travaux ont tout juste débuté, il est encore difficile d’avoir des certitudes.

Selon Bruno Chaume, directeur du programme à Vix et chargé de recherches au CNRS, trois décennies de travaux sur place ont permis de mettre à jour seulement 2 % du site. Pourtant, cela semble assez pour comprendre que l’image des Gaulois vivant dans huttes est obsolète. Pour le spécialiste, ils avaient en réalité une organisation quasi urbanisée, presque telle une ville qui ne s’est en revanche pas pérennisée. En effet, ce début de ville a disparu vers 450 avant J-C.

Par ailleurs, ce phénomène urbain n’a pas fait l’objet d’une généralisation dans toute la civilisation hallstattienne qui s’étendait jusqu’en Allemagne. En revanche, il réapparaîtra à la fin de l’époque gauloise. En effet, lorsque Jules César envahira la Gaule, il fera face à des villes défendues.