in

Comment se produit l’hydrocution ?

Crédits : iStock

L’hydrocution provoque un arrêt cardioventilatoire pouvant entraîner une perte de connaissance suivie d’une noyade dans le cas où la personne n’est pas secourue à temps. Mais comment cela arrive-t-il ?

Le mot hydrocution est un dérivé du terme « électrocution », bien plus commun. L’hydrocution (ou malaise vagal) se produit souvent par forte chaleur et plus précisément lorsque la température corporelle est élevée suite à une longue exposition au soleil, mais également si le sujet a fait un gros effort physique ou se trouve au cœur d’une soirée bien arrosée. Plus l’écart entre la température du corps et celle de l’eau est grand, plus le risque d’hydrocution est élevé.

Lorsque quelqu’un tombe dans l’eau sans s’être humidifié préalablement, il peut y avoir un trop grand écart de température, ce qui cause un réflexe thermorégulateur. Le système nerveux réagit vivement : des récepteurs thermiques cutanés envoient l’information à l’hypothalamus, zone du cerveau régulant la température corporelle. Celle-ci se charge alors de diminuer l’irrigation de la peau afin de maintenir le corps à une température de 37 °C.

Crédits : Wikimedia Commons

Le terme hydrocution est alors utilisé lorsqu’une terrible réaction en chaîne de déclenche après la réponse de l’hypothalamus. Il y a alors un réflexe de grande inspiration, puis le système nerveux sympathique s’emballe, causant une hyperventilation. Celle-ci réduit drastiquement le taux de gaz carbonique du sang, une réaction qui à son tour cause une vasoconstriction des vaisseaux du cerveau puisque ce dernier se trouve privé d’irrigation. Interviennent ensuite l’évanouissement puis la noyade si la personne n’est pas secourue assez rapidement.

Il s’agit d’ailleurs d’un processus qui peut être fatal chez les personnes les plus faibles (enfants et personnes âgées) puisqu’en parallèle se produisent une augmentation du rythme (et du débit) cardiaque ainsi qu’une hausse de la pression artérielle et de la pression veineuse. Rappelons que des symptômes annonçant l’hydrocution peuvent apparaître une fois dans l’eau : frissons, claquements de dents, sensation de fatigue intense et subite ou encore sensation d’angoisse et altération du ressenti au niveau de la température de l’eau que le sujet trouvera très froide, voire glacée.

Sources : Science & VieL’Union