in ,

Comment se comporte un drone lorsqu’il est frappé par la foudre ?

Crédits : Capture vidéo

Bien qu’ils soient généralement composés principalement de plastique, les drones ont une forme qui peut les soumettre à des difficultés en cas de foudre. Des scientifiques ont alors voulu tester le comportement de drones de loisirs face à la force de l’orage.

Les drones de loisir se sont largement imposés auprès du grand public au cours de ces dernières années. Si ces objets volants légers et bon marché sont principalement composés de plastique, un matériau très peu conducteur, c’est leur forme qui pourrait attirer la foudre, notamment leurs nombreuses extrémités. « Même si les drones sont en plastique, ils présentent tout de même une forme qui leur confère un champ électrique important », explique Vidyadhar Peesapati, chercheur au laboratoire expérimental de haute tension de l’Université de Manchester dans la vidéo à visionner en fin d’article.

C’est dans ce laboratoire britannique que le YouTuber technophile britannique Tom Scott a mené l’expérience qui nous est proposée dans cette vidéo. Ce laboratoire présente en effet un gigantesque dispositif capable de créer un puissant arc électrique d’une puissance pouvant atteindre deux millions de volts. Régulièrement utilisé pour tester les effets de la foudre sur les engins aéronautiques, c’est ici le drone de loisir qui est soumis à l’expérience.

Ainsi, ce sont deux DJI Phantom, un modèle très populaire sur le marché du drone, qui ont été utilisés et (attention spoiler) sacrifiés. Un premier drone ne résiste pas à l’électrocution et tombe directement au sol sans que les chercheurs ne parviennent à le refaire décoller. En réalité, seule la batterie est sortie indemne de ce coup de foudre, elle qui est protégée par des plaques métalliques.

« Le point d’entrée de l’éclair s’est fait à travers le moteur des hélices qui est en métal, et l’éclair semble être ressorti par un point qui se situe vers les pieds », explique Vidyadhar Peesapati, avant de suggérer une solution : « À mon avis, le drone devrait être équipé d’une pointe sur sa partie supérieure, afin d’attirer l’éclair et de le canaliser de son point d’entrée jusqu’à sa sortie sans qu’il ne traverse et endommage autre chose ».

C’est donc ce qui a été testé avec le second drone, mais de nouveau, celui-ci a chuté et n’a pas résisté à la foudre.

La vidéo :