in

Les scorpions sont des génies de l’architecture !

Crédits : Freeimages9 / Pixabay

La nature est quand même bien faite ! Une récente étude démontre que les galeries construites par les scorpions sont élaborées afin de maintenir une température ambiante basse et régulée, et ce, peu importe celle présente à la surface.

Les scorpions inspirent une crainte chez beaucoup de personnes, mais il s’avère que ces “petits monstres” sont de véritables architectes de génie. Ces arachnides construisent leurs galeries toujours de la même manière, faisant chaque fois peu de cas de la nature du sol : après la mise en place d’un sas horizontal, la galerie dessine deux spirales au minimum, une forme destinée à réguler le flux d’air entrant (et donc la température) mais également à empêcher d’éventuels prédateurs d’entrer.

L’étude, publiée le 16 juin 2016 dans la revue The Science of Nature, a apporté des conclusions en ayant utilisé un schéma commun à trois espèces de scorpions : le Scorpio palmatus (désert du Neguev, Israël), l’Opistophthalmus wahlbergii (désert du Kalahari, Namibie) et l’Opistophthalmus setifrons (Hauts plateaux namibiens).

Ils ont utilisé une méthode déjà testée sur les termites et les fourmis : le coulage d’aluminium fondu, dont la température atteint 660°C, ce qui donne d’ailleurs des sculptures aux allures futuristes. Ci-dessous, il est possible d’observer la forme des galeries construites par les trois scorpions étudiés.

Galeries de scorpions en 3D.
Crédits : Adams et al. 2016

“Les galeries présentent de remarquables similarités, notent les auteurs, bien qu’elles aient été construites dans des zones géographiques distinctes et au sein de matériaux divers” indiquent les auteurs de l’étude.

L’entrée est située entre 2 et 5 centimètres de profondeur, et incarne l’endroit où le scorpion “s’occupe de ses proies et d’éventuels prédateurs ou partenaires”. Ce sas lui sert également à se réchauffer avant de sortir à la surface en quête de nourriture, ou tout simplement pour “garder la porte” en guettant tout signal annonciateur d’une visite, par exemple des phéromones, des courants d’air subtils ou encore des variations du sol.

À propos des deux spirales minimum que forme la galerie, celles-ci sont destinées, en plus de bloquer tout envahisseur, à freiner les flux d’air, donc à garder l’air humide et à une température fraiche. À l’extrémité de la galerie se trouve un genre de chambre plutôt large, qui sert de “salle de repos”, également occupée pour la reproduction et les soins donnés aux petits.

Les trois scorpions évoqués dans l’étude ont donc la capacité de créer un habitat naturellement climatisé, et ces compétences auraient été, selon les chercheurs, “forgées par la sélection naturelle pendant plusieurs millions d’années”.

Voici un exemple de technique similaire à celle utilisée par les chercheurs, ici concernant les “fourmis de feu” :

Sources : Sciences et AvenirPhys.org