in

Cette drôle de canette est la technologie révolutionnaire qui va propulser des scooters électriques !

Crédits : Capture vidéo

Une entreprise suisse est parvenue à développer un scooter propulsé à l’hydrogène. Grâce à leur technologie, ils parviennent à stocker ce combustible dans une cartouche, à l’état solide sous forme de poudre.

En théorie, l’hydrogène est un combustible plus qu’intéressant, lui qui ne rejette que de l’eau au cours de la combustion, mais en théorie seulement. En effet, cette nouvelle source d’énergie se heurte à des obstacles pour être utilisée dans les moyens de transport. Parmi eux, le manque de stations de recharges, ou encore la difficulté que cette recharge impliquerait. Mais une entreprise suisse a semble-t-il trouvé une solution au problème.

C’est la société Aaqius qui a mis au point la technologie Stor-H qui permet de stocker l’hydrogène dans des cartouches, à l’état solide sous forme de poudre, rendant le combustible inerte et stable. Cette cartouche (ou canette) contient en réalité une poudre d’hydrures métalliques qui agit comme une « éponge » à hydrogène. Couplé au principe de la pile à combustible, l’hydrogène présente une véritable alternative à l’essence ou aux batteries traditionnelles difficiles à recycler, puisque cela a permis à la société de propulser un scooter électrique.

Plusieurs avantages sont à mettre au crédit de cette technologie. D’abord, le moteur ne pollue pas et ne rejette que de l’eau dans l’atmosphère. Ensuite, il est sans danger puisque la poudre contenue dans les canettes est à l’état solide et le système a été conçu pour qu’il n’y ait aucun risque d’explosion. Manipulables et transportables sans risque, ces canettes permettent à l’usager de ne pas avoir à se rendre dans une station de recharge, et celles-ci peuvent être vendues dans le réseau de distribution classique (commerces de quartier, supérettes, distributeurs…).

D’après la société Aaqius, deux canettes grand format insérées dans leur logement prévu à cet effet situé sous la selle du scooter permettent à ce dernier d’atteindre une autonomie de 100 km. Destinées à la consigne, elles peuvent être rechargées plus de mille fois chacune. « L’étape de R&D et mise au point est aujourd’hui terminée » explique Jean-Baptiste Dementhon, vice-président d’Aaqius. « Nous devons aujourd’hui industrialiser l’écosystème autour de ce projet, et cela nous prendra les deux années à venirPour que ce projet puisse décoller, il faut viser un scooter au prix du marché c’est-à-dire entre 1000 et 2000 euros, et une cartouche d’hydrogène qui soit ramené au prix de la mobilité électrique » précise-t-il.

À l’heure actuelle, environ 80 scooters sont en phase de test en Asie. Le système devrait être commercialisé à partir de 2017, mais ne devrait pas se limiter aux scooters. Une fois plus mature, il pourrait équiper des voitures ou autres moyens de transport.

Source : aaqius