in

Des scientifiques ont mis au point un code-barre ADN

Crédits : iStock

Pour améliorer la traçabilité des produits alimentaires, une équipe suisse a créé des marqueurs ADN directement incorporés dans le lait.

Les tests ADN son déjà utilisés pour vérifier la provenance de la nourriture, mais cette approche, développée à l’Institut Fédéral Suisse des Technologies est différente. « La plupart des techniques fonctionnent en identifiant des répartitions isotopiques, qui sont caractéristiques d’une certaine région, ou certains traits génétiques », explique Robert Grass.

Ici, les chercheurs ont créé des séquences d’une centaine de bases, encapsulées dans des particules de silice. Si c’est pour l’instant un test, il a été possible d’identifier les séquences ADN après que le lait ait été transformé en fromage et en yaourt. Une réaction en chaine par polymérase permet d’amplifier de très faibles concentrations d’ADN, et ainsi de détecter les marqueurs, même dilués jusqu’à quelques parties par milliard.

Si la méthode a été testée sur du lait, l’équipe qui l’a mise au point espère la voir utilisée pour d’autres usages. « En principe, note approche est possible pour presque tous les types de nourriture. » « Nous l’avons aussi appliquée sur des produits non alimentaires, comme des polymères ou des peintures », explique Grass.

Cette méthode pose toutefois des problèmes, tant au niveau législatif qu’au niveau des relations publiques. Les particules de silice qui encapsulent l’ADN ne sont par exemple pas un additif du lait reconnu dans l’Union européenne, et l’idée de placer des brins artificiels d’ADN dans la nourriture à de quoi déclencher quelques peurs irrationnelles.