in

Des scientifiques cernés par 10 ours polaires durant deux semaines

Crédits : Pixabay/ChristianGeorg

Alors qu’ils effectuaient une mission scientifique dans une station d’observation située sur une petite île de l’Arctique, un groupe de cinq scientifiques russes a été encerclé par une dizaine d’ours polaires, les obligeant à rester confinés plusieurs semaines le temps de trouver une solution.

Partis pour une mission longue durée sur une station climatique de l’île de Troynoy, plus grande île de l’archipel d’Izvestiy Tsikdans, dans la mer de Kara au nord de la Sibérie, cinq scientifiques russes, dont deux couples, ont été progressivement encerclés par des ours polaires durant le mois d’août dernier. Ces ours polaires se sont rapprochés petit à petit de la station, une femelle ayant pris l’habitude de dormir sous les fenêtres de la station, comme l’a rapporté l’agence presse russe TASS.

Au 31 août, l’un des deux chiens vivant avec les cinq scientifiques a été tué par l’un des ours polaires, et les chercheurs se sont retrouvés à court de fusées éclairantes supposées effrayer les prédateurs, qui mesurent en moyenne 1m30 au garrot et peuvent courir à plus de 40 kilomètres/heure. Dans l’obligation d’abandonner leurs postes d’observation, les scientifiques ont dû se confiner dans la station et n’ont plus osé en sortir. Il y a encore que quelques jours, c’est une dizaine d’ours adultes, dont quatre femelles avec des oursons qui rodaient dangereusement autour de la station.

Les scientifiques ont alors demandé secours à Vassiliy Shevchenko, qui supervise le réseau de stations météorologiques, lequel leur a répondu qu’un navire pourrait se rendre sur place, mais qu’il fallait attendre un mois de plus pour cela. Mais face à l’urgence de la situation, c’est un autre navire de recherche russe, le Akademik Tryoshnikov, qui passait non loin de l’île et qui s’est chargé de leur fournir des fusées éclairantes et trois jeunes chiens. Les ours polaires, espèce protégée, se sont alors finalement éloignés.

Un comportement inhabituel de la part des ours polaires probablement dû à des problématiques de changement climatique, comme le suggère Yelena Novikova, porte-parole de la station météorologique Sevgidromet : « Les ours ont l’habitude de se rendre sur d’autres îles. Mais cette année, cela leur a été impossible. La neige a fondu rapidement et les ours n’ont pas eu le temps de nager jusqu’aux autres îles. Comme il n’y a pas de nourriture sur l’île de Troynoy, ils sont allés jusqu’à la station« .

Source