in ,

Un scientifique australien gagne le prix Ig Nobel de chimie en décuisant un oeuf dur

Crédits : sharonang / Pixabay

Comme chaque année depuis 25 ans, le magazine humoristique Annals of Improbable Research organise le Ig Nobel, une cérémonie qui récompense des recherches qui “font rire, puis réfléchir” selon la formule consacrée. Cette année, le prix Ig Nobel de chimie est revenu à une équipe de chercheurs américains et australiens. Ils ont pu faire revenir un œuf de l’état dur à un état partiellement cru. Inutile pour la science me diriez-vous ? Et bien détrompez-vous !

Faire cuire un oeuf dur, même le plus mauvais des cuisiniers serait capable d’y arriver. Décuire ce même oeuf est une tout autre histoire ! Des chercheurs américains et australiens ont eux réussi cet exploit avec une machine appelé “Vortex Fluidic Device” (VFD), une sorte de centrifugeuse qui permet de démêler les protéines dans le blanc d’un œuf dur afin qu’il retourne à son état liquide.

Selon Colin Raston, l’artisan principal du VFD, son dispositif est “un développement révolutionnaire qui a d’énormes implications pour le traitement du cancer, la fabrication de produits pharmaceutiques, la production de biocarburants et de la transformation des aliments.” Les recherches du professeur Raston pourraient rapidement améliorer la vie des personnes atteintes de cancers. Sa machine permettrait de quadrupler la puissance d’un médicament anticancéreux commun, ce qui signifie un meilleur traitement avec moins d’effets secondaires. Et ce n’est qu’un début.

Le Professeur Raston ainsi que toute son équipe ont reçu le prix très convoité de chimie du Ig Nobel lors d’une cérémonie de gala à Harvard. En biologie, le prix est revenu à une équipe de chercheurs américains et chiliens qui sont parvenus à la conclusion qu’un poulet équipé d’une queue artificielle adoptait une démarche similaire à celle d’un dinosaure. En physique, trois scientifiques de l’université américaine Georgia Tech ont ainsi été récompensés pour avoir établi que tous les mammifères, de l’éléphant à la musaraigne en passant par l’humain, mettaient environ 21 secondes pour uriner, plus ou moins 13 secondes, du fait des lois de la gravitation.

Tous les lauréats du concours se sont vu remettre un billet de 10 000 milliards de dollars zimbabwéens, une devise (abandonnée en 2009) dont la valeur est de quelques centimes d’euros dans un pays en proie à la plus forte inflation au monde.

Source : Mashable