in

La Scalite, le nouveau matériau constitué d’écailles de poissons entièrement recyclable

écailles
Crédits : Elvira Zhuravleva/iStock

Située à Hasparren dans les Pyrénées-Atlantiques, l’entreprise française Scale est spécialisée dans la conception de produits plus respectueux de l’environnement. Elle a récemment développé un tout nouveau matériau entièrement fabriqué à base d’écailles de poisson : la Scalite. Il est entièrement recyclable, biodégradable et ne contient aucun constituant chimique polluant.

La Scalite (« scale » signifie « écaille » et « lite » vient du grec lithos qui veut dire « pierre ») est née de l’esprit du designer Erik de Laurens, cofondateur de la société Scale. Soucieux de l’environnement et de l’impact des déchets plastiques sur nos océans, de Laurens s’est tourné vers les coproduits de la pêche, à savoir les écailles de poisson, pour créer un matériau naturel innovant. Les écailles jetées par l’industrie agroalimentaire pourraient désormais constituer la matière première essentielle pour le futur de nos intérieurs.

Comment obtenir une « pierre » d’écailles ?

Les écailles de poisson sont naturellement composées de calcium, de phosphate et de collagène. Elles sont tout d’abord broyées pour récolter une poudre dans laquelle la protéine de collagène agit comme un fixant spontané. Ensuite, cette pâte est comprimée par un procédé optimisé par Scale. Et pour finir… Non, on s’arrête là, le matériau est prêt à être usiné. Voyez comme le processus de fabrication du produit semi-fini est relativement simple. De plus, les résidus sont récupérés et réutilisés pour créer de nouvelles plaques de matière, à l’image du concept d’économie circulaire. Le produit est par la suite livré sous forme de dalle rectangulaire.

Nous obtenons donc un matériau issu de la mer aux caractéristiques avantageuses multiples : il est 100 % biodégradable, biosourcé, solide, sans polluants et d’une grande résistance au feu. En outre, la Scalite est tendre et peut donc aisément adopter de nombreuses formes à l’aide d’outils conventionnels, à l’instar du bois. Conçue pour le design d’intérieur, elle peut agrémenter les pans de mur, se transformer en mobilier (lampe, chaise…), ou devenir vos prochaines montures de lunettes. Ses applications peuvent être nombreuses et ne sont quasiment limitées que par notre imagination. Qui plus est, les objets façonnés sont facilement réparables. Léger bémol : il faut vernir la Scalite pour la protéger contre l’humidité.

Aujourd’hui, Scale s’approvisionne en écailles de poisson depuis l’Indonésie, l’Europe n’étant qu’un faible producteur de cette matière première. Elles sont ensuite séchées au Soleil, un processus qui est assez long.

L’évolution de la firme

La société a déjà alimenté certains établissements (restaurants et boutiques) en tables et bureaux. La demande des professionnels s’accroît de semaine en semaine, si bien que Scale devra à l’avenir développer sa production pour faire face à l’envie et au besoin toujours plus pressant d’une transition écologique, qui vise ici l’aménagement d’intérieur.

Ces dernières décennies ont vu apparaître bon nombre de nouveaux matériaux aux propriétés toujours plus performantes, afin de résoudre les problèmes énergétiques actuels. Le pôle Recherche et Développement de Scale pourrait pourquoi pas inventer une fois de plus un concept aussi révolutionnaire que la Scalite à partir d’autres déchets produits par l’Homme. C’est du moins ce qu’on leur souhaite.