in

Savez-vous à quelle vitesse les caméléons lancent leur langue pour attraper une proie ?

Crédits : Capture vidéo

Une étude publiée en janvier dernier dans la revue Scientific Reports est venue souligner un fait pour le moins étonnant : plus un caméléon est petit et plus la puissance de propulsion de sa langue est importante. L’un des spécimens étudiés au sein de cette recherche a ainsi été en mesure d’attraper sa proie en seulement 20 millisecondes en lançant sa langue à la vitesse record de 96 km/h!

Chez les caméléons, ce sont les spécimens les plus minuscules qui possèdent l’arme de chasse la plus redoutable. En effet, une récente étude réalisée par des chercheurs de l’université de Brown, aux États-Unis, est venue mettre en évidence à quel point étaient sous-estimées la force et la vitesse de déploiement de la langue des plus petits de ces reptiles.

Pour arriver à cette conclusion, les scientifiques ont comparé la puissance avec laquelle 20 espèces de caméléons, de tailles significativement différentes, propulsaient leur langue pour attraper l’un de leurs mets favoris : un grillon. Pour ce faire, ils les ont observés un par un devant une caméra capable de filmer 3000 images par seconde. En analysant les résultats obtenus, les chercheurs se sont ainsi aperçus que la vitesse et la force de propulsion de la langue des caméléons étaient inversement proportionnelles à leur taille. À titre d’illustration, l’une des plus petites espèces étudiées dans cette recherche, le Rhampholeon spinosus, n’a eu besoin que de 20 millisecondes pour atteindre sa proie. Un résultat surprenant qui équivaut à une accélération de zéro à 96 km/h en un centième de seconde !

En outre, ce même spécimen a pu produire une puissance de 14.040 watts par kilogramme de muscle. Une puissance qui est bien supérieure à celle qui peut être produite par n’importe quel mammifère, oiseau ou reptile, à l’exception faite des salamandres.

Les scientifiques expliquent que le secret d’une telle force et vitesse de propulsion réside dans la particularité des tissus élastiques qui constituent la langue de l’animal. En effet, les caméléons ont la capacité d’y accumuler l’énergie – un peu à l’instar d’un arc que l’on tend —, ce qui a pour conséquence de démultiplier la puissance du muscle. Pour vous en faire une meilleure idée, nous vous invitons à visionner cette vidéo tournée en slow-motion où l’on peut voir le Trioceros hoehnelii, l’une des espèces analysées dans cette étude, capturer sa proie :

Sources: NationalGeographicSlate