Un satellite boosté à l’IA pour anticiper la propagation des feux de forêt

incendie détection espace satellite
Crédits : capture YouTube / University of South Australia

Alors que les feux de forêt ravageurs sont de plus en plus présents chaque année, une université australienne affirme avoir mis au point une technologie qui permet d’anticiper leur propagation depuis l’espace grâce à l’intelligence artificielle.

Anticiper la propagation des feux de forêt depuis l’espace

Depuis quelques années, les incendies de forêt font très régulièrement la une des journaux. Bien que peu de régions soient réellement épargnées, ce phénomène favorisé par le réchauffement climatique préoccupe en effet de plus en plus, surtout en Amérique du Nord, en Amazonie et en Australie. En Australie justement, des chercheurs sont à l’origine d’une innovation dans le cadre de la lutte contre ces incendies, comme l’indique un communiqué publié le 5 juin 2024. Ces derniers mois, l’Université d’Australie du Sud (UniSA) a mené un projet financé par le SmartSat CRC, un consortium d’organismes industriels et de recherche qui avait pour objectif de relancer l’industrie spatiale australienne en développant des technologies révolutionnaires.

Le projet en question implique le lancement de satellites de type CubeSat qui embarquent une intelligence artificielle. Le but est de mieux anticiper la propagation des feux depuis l’espace. Cela devrait permettre aux équipes au sol de réagir plus rapidement face à ces incendies et de limiter ainsi les pertes en vies humaines, animales et végétales, mais également les pertes matérielles.

incendie détection espace satellite
Crédits : capture YouTube / University of South Australia

Une capacité de détection jusqu’à 500 fois plus rapide

Les chercheurs australiens ont utilisé une technologie d’IA de pointe dans le développement d’un système de détection précoce de fumée d’incendie. Ce système présente en outre l’avantage d’être économe en énergie. Un premier CubeSat a été lancé dans le cadre de la mission Kanyini. Il aura pour objectif de surveiller la qualité des eaux intérieures et côtières, mais également la gestion des terres. Le dispositif intègre un capteur doté d’un imageur hyperspectral qui permet de capter la lumière dans différentes longueurs d’onde. Des cartes de surface détaillées pourront donc être élaborées par les équipes. Selon l’UniSA, ce dispositif pourrait permettre de détecter les incendies jusqu’à 500 fois plus rapidement. Rappelons tout de même qu’à la base, les satellites d’observation de la Terre n’embarquent aucun moyen d’analyse en temps réel des images obtenues.

« La fumée est généralement la première chose que vous pouvez voir depuis l’espace avant que l’incendie ne devienne suffisamment chaud et suffisamment important pour que les capteurs puissent l’identifier. Une détection précoce est donc cruciale », a déclaré Stefan Peters, le scientifique en chef du projet.

Durant la phase d’entraînement de l’IA, les chercheurs ont utilisé des images satellites d’incendies de brousse récents en Australie. L’apprentissage automatique a ensuite permis à l’IA de détecter la fumée et surtout de la différencier des nuages. Leur étude de cas simulée a alors donné satisfaction, car le dispositif a pris seulement quatorze minutes pour détecter le problème et envoyer les informations au sol. Enfin, l’équipe espère que son dispositif sera pleinement opérationnel en orbite dès 2025.