Le satellite EarthCARE devrait apporter davantage de réponses sur le changement climatique

satellite climat
Crédits : Agence Spatiale Européenne (ESA)

Il y a peu, le satellite EarthCARE a été mis sur orbite après un lancement assuré par SpaceX. Fruit d’une collaboration entre les agences spatiales européennes et japonaises, cet engin a pour mission d’étudier les nuages et d’évaluer leur impact sur le climat de la Terre.

Étudier le bilan radiatif de la Terre

Le satellite EarthCARE, qui pèse environ 2,3 tonnes, a été conçu par l’Agence Spatiale européenne (ESA) avec la collaboration de l’Agence Spatiale japonaise (JAXA). Or, cette mission n’est pas anodine, car il s’agit ici de l’un des projets d’observation terrestre les plus ambitieux de l’ESA. Lancé le 29 mai 2024 par SpaceX, l’engin a atteint son orbite (héliosynchrone polaire) et se trouve désormais à 390 km de la Terre.

L’objectif de ce satellite est d’obtenir des informations pour étudier le bilan radiatif de la Terre. Autrement dit, cela visera à déterminer les profils verticaux des nuages et aérosols, mais aussi à mesurer la luminance énergétique dans la couche supérieure de l’atmosphère. Ces informations devraient ainsi permettre de mieux comprendre l’impact des nuages sur le réchauffement climatique.

EarthCARE sat séparation
Crédits : Agence Spatiale européenne (ESA)

La position de l’engin par rapport à la Terre limite sa durée de vie opérationnelle en raison de la résistance atmosphérique résiduelle. Il faut dire qu’à cette altitude, la traînée atmosphérique a pour effet de ralentir le satellite de manière progressive. Ainsi, il devra utiliser sa réserve de carburant pour compenser cette résistance. Toutefois, si la mission devrait durer trois ans, le satellite contient assez de carburant pour rester en place une année en plus.

Quatre instruments à bord du satellite EarthCARE

Pour mener à bien sa mission, EarthCARE dispose d’une panoplie d’instruments. Citons la présence de l’ATmospheric LIDar (ATLID), un lidar atmosphérique à haute résolution spectrale dont l’objectif sera de dresser un profil vertical des aérosols et des nuages peu épais. Ensuite, nous avons le Cloud Profiling Radar (CPR), un radar qui vise à fournir un profil vertical des dimensions des nuages et une évaluation de la vitesse verticale des particules dans les nuages grâce à des mesures Doppler. Par ailleurs, le satellite EarthCARE embarque un Multi-Spectral Imager (MSI), un spectromètre imageur à sept canaux et un radiomètre à large bande. Ce dernier a pour but d’effectuer des mesures de la radiance et des flux au sommet de la couche atmosphérique.

Si la mission principale de EarthCARE est de permettre d’élaborer de meilleurs modèles climatiques, son utilité ne s’arrête pas là. En effet, l’engin devrait également permettre d’effectuer de meilleures prévisions météorologiques à court terme. En analysant l’état initial des nuages, le satellite fournira en effet des informations essentielles dans la compréhension et la prédiction des tempêtes.