Ce groupe de vitamines bénéfiques pour la santé intervient entre autres dans la croissance cellulaire et la minéralisation osseuse. Comment fonctionne ce type de vitamines et où les trouve-t-on ?

Les bénéfices de la vitamine K

La vitamine K est liposoluble, c’est-à-dire soluble dans le gras mais pas dans l’eau. Celle-ci fait partie des besoins quotidiens de notre corps pour un bon fonctionnement et les recommandations estiment un apport idéal à 1 µg/kg chez l’adulte par jour.

Ce genre de vitamine intervient dans la coagulation du sang, la croissance cellulaire ou encore la minéralisation osseuse en maintenant le calcium dans les os. Elles peuvent également prévenir les maladies cardiovasculaires en limitant la calcification des artères et en favorisant leur flexibilité.

Trois principaux types de vitamine K

Il faut savoir qu’il existe trois types de vitamines K (K1, K2 et K3). La vitamine K1 (ou phylloquinone) est celle qu’il faut rechercher en priorité, se trouvant principalement dans les légumes verts tels que le persil, la salade, le chou, les brocolis ou encore les épinards. On la trouvera également dans les huiles végétales (soja en tête). Rappelons par ailleurs que si la vitamine K résiste à la cuisson, celle-ci se trouve dans les légumes verts lorsque ceux-ci sont également crus, voire séchés.

Quant à la vitamine K2 (ou ménaquinone), cette dernière est généralement présente dans les abats, les laitages et autres aliments fermentés. Elle est également produite au sein même de notre organisme par la flore intestinale mais en quantité insuffisante pour couvrir les besoins quotidiens.

Crédits : PxHere

Une utilisation en complément

La vitamine K3 (ou ménadione) d’origine synthétique est plutôt considérée comme une « provitamine » K2 et utilisée en tant que complément alimentaire. Chez le nourrisson peu pourvu en vitamine K, une injection est faite à la naissance et des compléments sont pris afin de réduire les risques de maladie hémorragique du nouveau-né, surtout concernant les bébés allaités. En revanche, il existe des effets secondaires délétères ayant conduit à une réduction des prescriptions de ménadione, en tout cas dans les pays à forts revenus. Il est notamment question d’anémie hémolytique, d’anomalies au cerveau et au foie et même de mort subite dans de rares cas.

Les personnes âgées peuvent également avoir recours à la ménadione afin de limiter le risque d’ostéoporose. Par son action prolongeant la présence de calcium dans les os, la vitamine K peut lutter contre la perte osseuse due à l’âge.

Sources : La NutritionThierry Souccar Editions

Articles liés :

Une étude est formelle : les suppléments de vitamines et minéraux ne servent à rien !

Comment vous sentir mieux en moins d’une semaine, selon un nutritionniste

Pourquoi est-ce si important de manger des fruits et légumes de saison ?