in

Comment est fait le faux sang que nous voyons au cinéma ?

Crédits : Capture vidéo / Destination Finale 4

Vous êtes vous déjà demandé comment était produit le sang que l’on voit dans les films ? Un magazine américain dévoile en vidéo le mystère entourant le faux sang. Depuis le cinéma en noir et blanc, fabriquer du sang, c’est tout un poème !

Great Big Story est un magazine américain décalé, une plateforme liée à la très connue The Weather Channel, dont les sujets attisent souvent la curiosité des grands et des petits. Souvenez-vous, il y a quelques mois ce magazine avait déjà produit une vidéo expliquant les secrets des bruitages au cinéma en suivant le travail des employés de la Warner qui utilisent des ustensiles multiples et des méthodes souvent très simples.

Cette fois, il s’agit de comprendre les secrets du faux sang ! L’hémoglobine factice présente au cinéma n’a pas toujours eu la même recette, celle-ci a même beaucoup évolué dans le temps. La première technique remonte aux films qui étaient tournés en noirs et blanc. Ainsi, pas besoin de rouge, c’est pourquoi du simple sirop de chocolat était utilisé.

Ensuite, lorsque les films en couleurs sont apparus, on fabriquait du faux sang en faisant fondre des cochenilles, un insecte très connu produisant de l’acide carminique pour se protéger des prédateurs. Cet acide carminique n’est autre que l’agent colorant du carmin, un pigment rouge vif et foncé. Ce dernier est d’ailleurs très utilisé dans l’industrie agroalimentaire pour obtenir le fameux colorant E120.

De nos jours, la recette est encore bien différente. En effet, la fausse hémoglobine provient d’un mélange savant de farine de maïs, d’oxyde de zinc, d’eau, d’agent mouillant pour photo, de colorant alimentaire ainsi que de miel.

Voici la vidéo montrant ces différentes recettes en pratique :

Sources : Great Big StoryKonbini