in

Pourrions-nous régénérer notre corps en se faisant transfuser du sang « jeune » ?

Crédits : iStock

Une société américaine propose un service surprenant : transfuser du sang « jeune » qui contribuerait à régénérer les organes et donc préserver le corps face au temps qui passe.

La start-up en question se nomme Ambrosia et son service de luxe semble tout droit sortir d’un film de vampires. Dans la littérature et le cinéma, ceux-ci sont d’ailleurs réputés pour sucer le sang de leurs jeunes victimes afin de s’assurer la vie éternelle. La société Ambrosia s’en est donc inspirée et transfuse du sang neuf en promettant aux clients un ralentissement du vieillissement.

Diverses études tendent à démontrer que du sang prélevé chez une personne jeune peut régénérer un corps accusant le poids des années comme celle qui s’est déroulée en 2005 sous la houlette de Michael Conboy, chercheur à l’Université de Stanford (États-Unis), reprenant le mode opératoire d’une autre étude réalisée dans les années 1950.

« Nous nous demandions pourquoi les organes vieillissaient tous plus ou moins à la même vitesse, et nous avons pensé que le sang qui les relie pouvait être une explication », expliquait alors Michael Conboy.

Les tests ont été pratiqués sur des souris, à savoir des opérations de parabiose ont été effectuées. Le réseau vasculaire de jeunes souris a été mis en lien avec des souris âgées. Résultat, le foie et les muscles des souris les plus anciennes se régénéraient trois fois plus rapidement et le procédé inverse se produisait chez les souris jeunes, à savoir un vieillissement plus rapide. Les chercheurs ont donc compris que le sang des souris plus vieilles contenait quelque chose agissant comme un agent vieillissant et que chez les souris jeunes, un élément opposé qui favorisait la régénération.

En 2013, des chercheurs de l’hôpital Brigham de Boston (États-Unis) ont à nouveau pratiqué des parabioses ainsi que des transfusions et ont conclu que le sang jeune est capable de réduire l’hypertrophie du cœur des souris âgées. En 2012, d’autres spécialistes de l’Université de Stanford menés par Tony Wyss-Coray ont préféré se pencher sur le cas du système nerveux et ont établi que le sang jeune aidait à la production de nouveaux neurones.

Sources : Science & VieLa Libre

Yohan Demeure

Rédigé par Yohan Demeure

Licencié en géographie, j’aime intégrer dans mes recherches une dimension humaine. Passionné par l’Asie, les voyages, le cinéma et la musique, j’espère attirer votre attention sur des sujets intéressants.